Le phénomène de diffusion sans autorisation de photos intimes de retour sur Facebook

Le phénomène de diffusion sans autorisation de photos intimes de retour sur Facebook

Pour forcer son épouse à maintenir les liens du mariage, Alan Cruickshank a tenté de la faire chanter mais elle n’a pas cédé.

Célébration de la Journée de l’Europe: L’UE renouvelle ses engagements avec le Bénin

L’homme de cinquante ans, qui vivait avec sa femme à Plymouth n’a pas réussi à traverser cette épreuve difficile.

Après leur rupture, il a diffusé sur le réseau social des photos intimes de son ex-femme pour se venger. L’ex-femme dont l’identité n’a pas été déclinée a donc porté plainte lorsqu’elle s’est rendue compte de l’existence de ces photos. Pour cet acte, Alan a écopé de neuf mois d’emprisonnement et une quarantaine d’heures de travail d’intérêt général.

Cette pratique est devenue courante ces dernières années avec l’explosion des réseaux sociaux. Certains pays pour combattre le phénomène avaient décidé de prendre des mesures fortes à l’encontre des auteurs de tels actes. Un système qui pourrait permettre de limiter les contenus du genre avait même été annoncé par Facebook.

Malgré les lourdes charges prévues par la loi dans ces pays, le phénomène est devenu récurrent et les amendes prévues ne semblent pas émousser les ardeurs des utilisateurs qui ont recours à ce genre de pratique.

Commentaires

Commentaires du site 0