La Nouvelle Tribune

La nouvelle référence à l’Afrique de Macron, le “roi élu” de France

Entre Emmanuel Macron et l’Afriqur c’est décidément une “histoire d’amour”. Le président français Emmanuel Macron a une nouvelle fois fait référence à l’Afrique ; cette fois-ci en voulant s’en prendre à Jean-Luc Mélenchon. Décryptage!

Certains parlent de mépris du président français envers l’Afrique. Pour d’autres il s’agit juste d’ignorance ou de sentiment de supériorité, mais qu’en est-il réellement? Depuis sa prise de fonction Emmanuel Macron multiplie les références négatives et attaques sournoises contre le continent noir.

Quand il ne parle pas de défi civilisationnel (lire ici la réponse de Paul Kagame), il aime bien parler du taux de natalité et exiger des changements. Depuis sa prise de fonction, Emmanuel Macron aime à titiller les Africains. S’érigeant très souvent en donneur de leçon.

Contre Mélenchon, Venezuela et Afrique

C’est donc en toute logique que lorsqu’il veut s’attaquer à un de ses plus farouches opposants il fasse usage d’une belle petite référence à l’Afrique après avoir gentiment critiqué le système politique du Venezuela :

“Mélenchon se comporte comme ces chefs d’Etat africains qui ont perdu l’élection. Heureusement qu’il n’a pas l’armée avec lui.” a-t-il déclaré dans une interview au Canard enchaîné.

Même si cette référence n’a en soi rien de bien faux dans certains cas, on se demande pourquoi le président français n’a que des exemples négatifs quand il s’agit de l’Afrique.

Avec tout le respect qu’on lui doit, doit-on rappeler au président toutes les casseroles françaises dans l’histoire ou même dans un passé récent? Ce qu’il y’a de plus extraordinaire dans les récentes sorties du président français c’est la façon quasi-monarchique avec laquelle il s’adresse à l’Afrique… Une façon bien napoléonienne si on se réfère à l’histoire de France. Quoi de plus normal donc que dans la même interview (lire des extraits ici), il se compare volontiers à un “roi élu“… Rien que ça…

En attendant, le fameux conseil présidentiel pour l’Afrique aura bien de mal à redorer l’image de sa Majesté sur le continent noir