Présentation des vœux ou l’aveu de l’échec du patron Talon à la tête de l’Etat Béninois

Présentation des vœux ou l’aveu de l’échec du patron Talon à la tête de l’Etat Béninois

Le chef de l'état continue de nous faire prendre les vessies pour des lanternes et de parler pour ne rien dire, sauf le respect dû à la fonction présidentielle.

Bénin : Une autre décision qui va susciter la colère du gouvernement

Son discours en réponse à celui du président de l’Assemblée nationale est une mauvaise farce une fois encore après le grand flop de son adresse sur l’état de la nation. Je constate que le chef de l’état  parle de dysfonctionnements structurels de l’Etat, de réforme intellectuelle pour assurer le développement du Bénin, de compilation  des droits sans concession etc. et à la fin, il en appelle à la  rigueur dans la gouvernance à la tête de l’Etat pour l’année 2018.

Le président de la république donne l’impression d’être un spectateur de ce qui se passe sous sa gouvernance  sinon, il ne peut pas décemment parler de dysfonctionnements structurels de l’Etat comme s’il n’était pas lui-même le chef de l’administration placée sous son autorité en sa qualité de chef de gouvernement devant qui tous les ministres répondent de la bonne marche de l’Etat. Si donc il y a dysfonctionnements structurels il ne peut en rejeter la responsabilité sur personne d’autre que lui-même et non sur ceux qui ne sont pas impliqués dans la marche de l’Etat. Le temps d’une présentation des vœux, il a oublié que ça fait bientôt deux ans qu’il préside aux destinées du Bénin.

Dans le Pag qui est devenu notre bible nationale, il est question de former une administration de développement mais jusque-là on ne voit pas un début de réforme de cette administration sinon, la substitution des agences aux services et entreprises  d’état par le nouvelle formule de gestion appelée gestion déléguée et dans le cas des hôpitaux d’affermage. Ces nouvelles formules sorties de l’imagination de son gouvernement  introduisent au contraire de nouveaux éléments  de désaccords porteurs de frustrations au lieu de paix sociale .Chacun a assisté à un changement radical au niveau du port sans débat national. En effet la mise sous la tutelle du port d’Anvers du port autonome de Cotonou participe-t-elle de la réduction des dysfonctionnements ou crée-t-elle plus de contestation des travailleurs de ce secteur ? Il en est de même de l’aéroport.

Les nombreuses agences créées en remplacement des sociétés d’état ont-elles apporté plus d’efficacité et d’efficience dans les services de la république? Quels en sont les résultats à ce point? Ont-elles aidé à surmonter les dysfonctionnements structurels auxquels le chef de l’Etat fait allusion?

Le président de la république  se félicite apparemment de la convergence des institutions sur le diagnostic et les solutions aux dysfonctionnements qu’il constate en spectateur, ce qui est en fait un commentaire sur son propre échec, sa propre incapacité à procéder à une bonne évaluation de l’impact de l’action de son gouvernement et du Pag qui tarde à amorcer la résolution des problèmes du pays ne serait-ce que par les créations d’emplois dont on nous a promis 500.000 d’ici la fin du mandat en 2021.le chômage massif qui sévit sous le président Patrice Talon est un indicateur de l’inefficacité de son gouvernement depuis deux ans qu’il est au pouvoir. Personne ne peut être fier de ce bilan négatif et en rejeter le tort sur des responsables en dehors de l’équipe gouvernementale.

Quand, par son action, le chef de l’état crée des insatisfactions et la grogne dans toutes les couches de la société, peut-il être surpris que les  victimes réclament des droits que le chef de l’Etat nomme ici “une compilation de droits sans concessions”?

Quand il a fait  casser des milliers de gens sous prétexte de libération de l’espace public, qu’il s’engage lui-même à régler les problèmes des personnels de la santé en grève et qu’il n’en fait rien au bout du moratoire arrêté de commun accord, diminue-t-il par là le nombre des griefs ou les exacerbe-t-il par son immobilisme? quand les grèves éclatent de partout ces temps-ci faute par le gouvernement de s’engager résolument dans le dialogue social pour la résolution des problèmes connus que le chef de l’Etat lui-même a appelés” des contraintes convenues et des charges partagées “il en rejette la responsabilité sur qui en tant que chef de gouvernement?

Le chef de l’état n’avait pas besoin de dire des banalités du genre “convenir avec réalisme, courage et détermination que nul ne fournira les efforts à notre place”. Nous savons bien que personne ne viendra faire les efforts de développement à notre place.

Mais le chef de l’état veut-il vraiment les efforts de tous les Béninois ? quand on note chez-lui le harcèlement des opérateurs économiques et de tous ceux qu’il considère comme des opposants à son régime, donc que son gouvernement soumet à ces harcèlements et acharnements dont sont victimes  Sébastien Germain Ajavon, le président du patronat Béninois dont on devine qu’il vise la ruine et l’assèchement financier, Martin Rodriguez à qui il a arraché le Bénin Marina hôtel et l’usine d’égrenage de coton de Nikki, pour ne citer que ces deux fils du pays qui ont eu le tort de lui avoir fait confiance?

Pour conclure, le président Patrice Talon n’a rien de substantiel à nous dire parce que la fonction présidentielle le dépasse, il n’en a aucun atout et ses discours sont vides de contenus. Sauf respect, le chef de l’Etat parle pour ne rien dire, sinon pour se gargariser de mots dont il ne mesure pas toujours lui-même l’impact. Ou alors pour nous prendre pour des crétins, le tristement célèbre désert de compétences qu’il nous croit toujours être.

Par René Ahouansou
Professeur de littérature et civilisations américaines

Commentaires

Commentaires du site 17
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 3 mois

    Ayons la modestie de reconnaitre que Talon n’a pas les compétences réquises pour diriger le Bénin. Il est dépassé intellectuellement par les impérartifs de la mission présidencielle.Sortons le de là, le plutôt, c’est mieux.

  • Avatar commentaire

    Il faut négocier sa sortie avec ce Monsieur qui en tout cas ne pourra pas mieux faire que ce que nous avons connu depuis depuis sa prise de fonction.Rassurez le qu’il ne sera pas poursuivi pour les milliards qu’il s’est octroyé lors de ses deux premiers conseils des ministre en complicité avec Pik, Abt et Djog qui eux doivent nous rendre des comptes.
    Talon a montré une fois encore ses limites. Les tâche d’un PR sont trop lourdes pour lui. Accordons lui une amnistie et passons à autre choses. Que les autorités religieuses , les têtes couronnées, les leaders d’opinion et autres responsables politico- institutionnelles se retrouvent pour lui trouver une porte de sortie sans l’humilier. Cela nous évitera des confrontations inutiles.

    • Avatar commentaire
      Sonagnon Il y a 3 mois

      Qu’il accepte de démissionner dès et on lui évitera la prison à condition qu’il retourne PVI SODECO et tout le reste!!!

      Si non, si c’est après une élection qu’il est battu, il finira ses jours en prison.

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN Il y a 3 mois

    @Cathie, les sociétés d’Etat ne dvraient même plus exister au Bénin, vu de désastre économique et financier qu’elles entraînent au détriment de la collectivité nationale. Je vous mets au défi de me donner un seul exemple d’une société d’Etat bien gérée avec des résultats positifs au Bénin? Après, on poursuivra la discussion……La Sonapra par exemple….Les DG, aussitôt nommés, s’acquoquinaient avec de riches transporteurs pour créer leurs propres entreprises de transport de coton, gérées, la pluparg dutemps par leurs épouses. Ces DG contrôlaient, de ce fait, le transport du coton. Ils fixaient les prix des prestations de services à leur guise, au dessus du prix du marché….. Les factures étaient présentées à la Sonapra par leurs épouses pour règlement…Ainsi s’opérait le brigandage dans cette société……La rupture est venue et a divisé le prix des prestations du transport par deux sans s’attirer les foudres de transporteurs, car ils savaient tous que les règles du jeu étaient pipées…. Voilà comment marche notre pays…

    • Avatar commentaire

      J’avoues…que allomann est fort..

      Depuis le sénégal…il connait..à la virgule..pres..les agissements..des beninois..leurs turpitides leurs manigances..

      la plus part..des forumistes..ont une vision..partielle..du benin..

      Il faut avoir évolué dans les affaires..au moins pendant 10 ans…pour savoir ce qui se passe…et pourquoi ce pays ne pouvait jamais évolué..

      talon..était de ce fait mieux placé…que lz…pour reformer ce pays…et pourtant..lz est mon candidat..

      Talon…ayant été..le produit de ce systeme…seul lui..il pouvait le combattre

      La fronde..dite syndicale…est en réalité…en grande partie..une lutte..de ceux là…conservateurs…qui ne veulent pas que ça change

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN Il y a 3 mois

    L’orientation des réflexions de M. Ahouansou, Professeur de littérature, montre à suffisante qu’il n’a aucune maîtrise des notions économiques, en particulier lorsqu’il parle de dysfonctionnements structurels. Les réformes destinées à pallier les dysfonctionnements de structures, s’inscrivent dans la durée (moyen et long terme), et ce n’est pas en deux ans que l’on peut changer, ne serait-ce que la mentalité du béninois moyen, en particulier les fonctionnaires qui n’ont aucune notion de patriotisme dans la gestion des biens publics.
    En exemple, la réforme de la gestion du foncier au Bénin, l’une des plus rétrograde et arriérée de la sous –région, ne se fera pas en un ou deux ans …… Le redressement du secteur de l’électricité est un véritable travail de Sisyphe, Yayi Boni ne savait même pas qu’il existait des centrales propres à la SBEE qu’on pouvait réhabiliter…….Au plan de la sécurité, les résultats positifs enregistrés s’inscrivent dans un processus de réorganisation et de motivation des forces et des structures, ce qui prendra quelques années…..l’éducation, qui patauge dans les profondeurs du classement de la sous-région ne se relèvera pas en deux ans…..L’agriculture, hormis le coton, est dans un état lamentable au point où le Bénin est obligé d’importer de la banane douce de la Côte d’Ivoire et du Ghana….on peut multiplier les exemples à l’infini…
    En fait, le Bénin est à l’image des KPETREZIN, les maison à étage en terre battue de Porto Novo, sans fondation solide, sur laquelle on empile d’autres étages, sans se soucier du désastre imminent… parce que.. Ici c’est le Bénin… de la médiocrité…..
    Faites une analyse des sociétés d’Etat qui sont outrageusement mal gérées… l’exemple le plus achevé est l’OPT devenu Bénin Télécom qui a laissé une dette de 200 milliards à la charge de l’Etat alors que son alter ego du Sénégal, la Sonatel, reverse plus de 200 milliards par an à l’Etat du Sénégal (dividendes et impôts)…. Il faut mettre de l’ordre dans cette pétaudière et il est désolant que des intellectuels, de la trempe de ce Monsieur, ne puissent pas élever leur capacité d’analyse et le niveau du débat et se contentent des faits divers ou de lieux communs propagés par la vulgate, pour juger l’action salutaire de Talon…Dommage

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon Il y a 3 mois

      Objectivement, le constat est dur, nécessaire mais vrai. Cependant, les mesures sensées produire leurs effets à terme, ne doivent pas exclure celles dévolues au soulagement du quotidien du plus grand nombre.

      Situation misérable de la majorité de la population, risques de manipulation par jusqu’au-boutistes et dégradation de la situation politique garanties.

    • Avatar commentaire
      Cathie Il y a 3 mois

      «La répétition d’un mensonge n’est pas une vérité » disait Lionel Zinsou. Revoyez ce débat cher ami. Vous évoquez les sociétés d’Etat. Rappelez-vous du mensonge de TALON? Les dirigeants des sociétés d’Etat seront recrutés par appel à candidatures. Qu’en dites-vous aujourd’hui? UN MENSONGE APRES BIENTOT 2 ANS.

    • Avatar commentaire
      Sonagnon Il y a 3 mois

      J’ai toujours du mal à bien cerner le rôle de mon grand frère ALLOMANN sur ce forum!!!

      On n’a même pas besoin d’être un grand spécialiste des questions économiques et sociales pour comprendre que la gouvernance de Patrice TALON est nulle dans tous les domaines!!!

      Les approches manquent cruellement de méthode, et après 2 ans aucun résultat concret n’existe.Nous n’assistons qu’à des désorganisations ça et là!!!

      L’acharnement quasi quotidien contre les opposants politiques et les éventuels concurrents, présenté comme des résultats de lutte contre la corruption est un leurre.

      Nous assistons sous Patrice TALON un paillage des maigres ressources de notre pays, au moment où les populations affamées connaissent une pression fiscale jamais égalée à l’ère du renouveau démocratique.

      Il faut que nous nous disons la vérité pour avancer.

    • Avatar commentaire

      Constat dur mais vrai. Le Bénin semble être dans une ornière où une chaîne de gouvernances hasardeuses l’ont mis.

      Cependant, il n’est pas sain et il ne sera pas tenable d’exclure des mesures de nature à produire des effets à court terme pour soulager la majorité qui vit dans la gêne et l’indigence.

    • Avatar commentaire
      gombo offline Il y a 3 mois


      Il est facile depuis Paris ou Dakar d’imputer la faillite des sociétés d’état aux travailleurs et de jouer au pédant en donnant des leçons d’économie a 2 sous, en répétant des stéréotypes éculés.
      Le poisson pourrit par la tête dit-on et en l’absence de leadership adéquat on ne peut espérer que ces structures soient miraculeusement bien gérées.
      D’ou vient le leadership des sociétés d’état ?
      Les travailleurs n’ont jamais nommé de DG, DGA, DF, ou DC.
      Les gouvernements successifs on fait des sociétés d’état des poules aux œufs d’or ou on envoyait ses cousins et partisans se remplir les poches ( entre les garnements a peine sortis d’école sans aucune expérience de gestion, les membres du comité central et autres Dieu reconnaitra les siens…).
      Des sociétés d’état passent des années sans bilan, ni compte d’exploitation ! Bravo le pilotage !
      Contrôle de Gestion est un mot inconnu ! Comptabilité analytique, inconnue !
      Les audits par les commissaires aux comptes choisis a dessein se négocient autour du champagne !
      La trésorerie des sociétés pillée pour les besoins a court terme du trésor public ( payer les salaires des fonctionnaires, et les per diem des ministres et autres hauts bourgeois…) ou les frasques des dirigeants.
      Qu’est ce les travailleurs ont a voir dans tout ceci ?
      Ils sont les victimes des hauts bourgeois dont Tallon est depuis 1990 le financier et Deus ex machina, orchestrateur et bénéficiaire en chef de la curée, avec les Mathis, PIK , Tchane, Houngbedji, Amoussou, Idji et cie.
      Les travailleurs sont les premières victimes de la cleptomanie erigiee en système de gouvernement par les Talon et cie.
      Aujourd’hui. assis sur sa fortune mal acquise qu’il ne cesse de vouloir étendre par fils, cousins, et amis interposes, Talon, le predateur-ne veut donner des leçons d’intégrité et de bonne gestion a qui ?

  • Avatar commentaire
    Cathie Il y a 3 mois

    Meilleurs voeux également à vous. Moi aussi, je me rappelle de la phrase célèbre de Lionel Zinsou au cours du débat entre 2 tours: « la répétition d’un mensonge n’est pas une vérité ». Nous en sommes aujourd’hui. TALON a menti pendant tout ce débat et nous voyons aujourd’hui les conséquences. Pauvre Bénin!!!!

  • Avatar commentaire
    joeleplombier Il y a 3 mois

    Un marchand de tapis sans scrupule, un affairiste qui n’a aucune vision et idée de la gestion d’un pays qu’on s’est donné comme président.
    On gère notre pays comme une entreprise du CAC 40; affamant tout un pays, toutes les couches de la population.
    Une ignominie qui ne dit pas son nom.
    Pendant ce temps, il parle , il bavarde , paroles et paroles.
    Talon a tué définitivement les espoirs du peuple de ce pays.
    A quand un sursaut national pour sauver ce qui doit l’etre???
    Devrions-nous faire semblant en se cachant derrière le processus démocratique pour laisser mourir nos parents de faim ???
    La question reste posée.
    Je passais 
    Le plombier 

    • Avatar commentaire

      Meilleurs voeux..le plombier…?

      Tes questionnements….posent d’autres questions…n’est ce pas..?

      Moi…je revois..les vidéos…de la campagne présidentielle…..et me donne toujours raison en disant…que le peuple beninois mérite son sort..

      Et tu verras….encore ces memes personnes…sur des camions de campagnes…pour talon….