Grève et droits de l’homme

Grève et droits de l’homme

Dans le combat qui se déroule en ce moment dans notre pays le gouvernement a le bon rôle. Il contraint les travailleurs à aller en grève pour réclamer leurs droits et défendre les libertés democratiques.par son immobilisme et sa mauvaise foi.

Bénin : “Voter contre le droit de grève ne va résoudre aucun problème” selon le Sg Appolinaire Afféwé

Il les pousse à une action de plus en dure  à savoir une grève totale sans service minimum. C’est la propagande la plus facile et la plus immorale que de susciter des réactions d’hostilité des populations contre la grève qu’on a suscitée car, chacun se souvient de cette rencontre mémorable entre le  chef de l’Etat et les personnels de la santé en grève.

Chacun se rappelle donc que le chef de l’Etat a demandé aux grévistes pourquoi ils n’ont pas confiance en lui. Monsieur Patrice Talon du haut de son autorité morale et administrative s’est formellement engagé à tenir ses promesses. A la date d’aujourd’hui, si les personnels de santé menacent de reprendre le mouvement de grève sans service minimum , il faut bien se demander pourquoi. La parole du chef de l’Etat n’a-t-elle  donc pas été honorée ?Sur quelle base négocie-t-on avec le président de la république qui ne sait pas tenir ses engagements? De par sa fonction exécutive, le chef de l’Etat est responsable de toutes les décisions de justice et à plus forte raison de sa propre parole. En tant que chef de gouvernement il est responsable du bon fonctionnement de l’administration. S’il ne le savait pas, ses conseillers devraient le lui rappeler.

La république est égale et juste, si d’un côté on exige des travailleurs qu’ils respectent leurs engagements vis-à-vis des populations, la plus haute autorité administrative chargée de leur bien-être, doit exiger d’elle-même le respect de ses engagements vis-à-vis à la fois  des populations et des travailleurs. Tout se passe en ce moment comme si on était en présence d’une balance en déséquilibre permanent avec l’Etat et les populations d’un côté et les travailleurs orphelins de l’autre. Cette équation pouvoir et travailleurs ne peut tenir parce que le gouvernement se réfugie derrière les usagers des hôpitaux et des cours de justice pour avancer masqué dans son plan de déstructuration des hôpitaux et de vassalisation de la justice a des fins politiques. Telles que les choses se passent, les populations sont de simples pions que ce gouvernement manipule pour arriver à ses fins politiques. Le peuple béninois très émotif versatile et changeant comme tous les peuples ne devine pas les intentions cachées de l’homme qui ne dit jamais rien mais qui se caractérise lui-même par sa devise de corsaires en haute mer : surgir, agir et disparaitre.

Le Bénin n’est pas un espace clos sans autres lois que celles des corsaires.il y a un corpus d’idées sur la base desquelles fonctionne la république.au nombre de ces idées il y a la liberté d’association qui permet à des hommes et femmes de mêmes visions et idéaux de se mettre ensemble pour promouvoir ces idéaux dans le respect des libertés des autres.Les syndicats sont des associations de ce genre formées pour défendre leur travail et garantir les meilleures conditions de vie ainsi qu’il sied dans une société humaine organisée.

S’opposer à l’expression de ces idéaux par des coups de force politiques et/ou  parlementaires est une sérieuse aventure à laquelle on expose le reste de la société et un abus de pouvoir auquel il sera désormais difficile de résister. Demain ce seront d’autres corps de métiers qui seront privés du droit d’association et d’expression. Le piège de la dictature que nous aurons dressé se refermera sur nous , sans le moindre bruit et il sera alors trop tard pour réagir.

Sans aller plus loin dans l’exploration de cette aventure dans laquelle la rupture nous entraîne, il est bon de s’arrêter pour se poser la question :pourquoi en est-on arrivé là ? Y a-t-il moyen de ramener l’horloge en arrière ? Que disent les statuts particuliers des agents permanents de l’Etat et les statuts particuliers de chaque corps?

Les agents ne peuvent se mettre en grève dans des conditions aussi dures, sans une sérieuse provocation.Si l’Etat-employeur est responsable de cette provocation, devant n’importe quel tribunal humain il sera condamné à payer des dommages et intérêts pour non respect de ses devoirs d’employeur. et pour tous les désagréments causés par son irresponsabilité.

Dans les sociétés qui nous  servent de modèles, en cas de conflit de travail les parties se mettent d’accord pour choisir un négociateur dont c’est la profession et pendant la négociation tous les mouvements de grève sont suspendus. Les malades peuvent alors retrouver leurs personnels soignants, les usagers des tribunaux leurs magistrats juges greffiers et assimilés.

Le Bénin est-il si arriéré pour ne pas copier ce qui se fait de mieux ailleurs et se révéler vraiment au monde de la plus belle des manières comme un pays a une longue tradition juridique et politique ?

A l’heure actuelle les populations se plaignent du manque des services auxquels elles  estiment avoir droit  sans jamais designer le vrai coupable de leur situation. Il est évident que si chacun faisait correctement son travail, il n’y aurait aucun arrêt de travail et aucun retrait du droit de grève.

Devant une cour de justice les deux partis en conflit ne peuvent avoir tous les deux raison ou tous les deux tort. Désigner le coupable, c’est déjà résoudre le conflit .nous ne pouvons pas entretenir la confusion et avancer. la république a besoin de vérité.  Et elle est la sous nos yeux qui se refusent à la voir ou notre bouche à la dire. Le gouvernement de la rupture ne nous fait aucun bien. Poussé par des tendances morbides il est en train de détruire le Bénin.les populations devraient se réveiller à cette réalité que ce sont les travailleurs qui les défendent pour assurer la pérennité de leurs droits et libertes.et qu’il ne faut se tromper d’adversaires.

René Ahouansou

Professeur de littérature et civilisation américaines

Commentaires

Commentaires du site 6
  • Avatar commentaire

    que se soient Soglo Kérékou Yayi boni Talon et mêmes les futurs présidents aucuns d’entre eux ne peuvent faire face à ces frondes Richard.On a pas encore une économie forte pour pouvoir d’en sortir.il nous faudra travailler plus créer de la richesse avant d’en partager.Sinon on se retrouvera dans la situation de 89

  • Avatar commentaire

    il faut rendre la fonction publique dynamique.créer une agence quo sera chargée de recruter des agents dans tous les domaines et changer le status des APE plus agents qui ira dormir sur leurs lauriers pensant que les 30 ans sont guarantors.Il faudra licencer en même temps embaucher.Que celui qui veut travailler le fasse dans le cas échéant qu’il démissionne

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN Il y a 4 mois

    J’ai indiqué récemment dans un post que nous avons fini d’inverser les valeurs au Bénin….Pour parvenir au niveau de démocratie et de liberté auxquelles nous aspirons, nous devrions avoir consenti des sacrifices pour asseoir ces libertés sur des fondements économiques solides… Or que remarque-t-on? Oui, la constitution prévoit le droit à la grève, donc la grève prime sur le travil indispensable à l’édification des fondements de la Nation. La grève au Bénin, n’est plus l’exception, mais la règle… Les syndicalistes ne se réfèrent plus à leurs revendications pour justifier une grève, mais simplement à la Constitution qui prévoit le droit à la grève…..Vous verrez où nous allons finir dans quelques décennies…. des pays de merde comme le souligne si bien TRUMP

  • Avatar commentaire

    J’ai pas lu…l’article…puisque je l’ai juste..survolé en diagonal..

    Aussi…j’aime écouter vincent foly..mon ainé…dont les propos..et l’intellegence m’ont toujours rassuré…que tout n’est pas perdu dans ce pays..

    Son débat amical avec topkanou (d’ailleurs ce n’était pas un débat)…sur sikka tv ..m’a un peu déçu..par la mauvaise foi…manifeste

    Pour..moi..il faut travailler,consentir des sacrifices,se surpasser..faire preuve de courage..et d’ingéniosité…

    Tout le monde devait le faire…et en premier lieu..les tenants et gestionnaires..de l’état,des inst…et les fonctionnaires…ceux là…qui ont eu la chance d’avoir une garantie…de taravail

    Nos parents…font déjà l’effort..de nous nourrir..de participer…au dévelloppement du pays….sans revendiquer…quoi que ce soit..

    C’est apres avoir acquis ..des biens..de la richesses…que par la loi…une répartition…peut etre organisée…pourque chacun..ait son petit morceau

    La démocratie,la gestion..des inst…et le fonctionnement de l’état..ne profite en réalité..à un petit nombre….d’initiés et de privilégiés..

    je le dis…c’est pas normal

    • Avatar commentaire
      Averti Il y a 4 mois

      Les articles pour publication en ligne gagnent à être concis. Vous avez donc raison de n’avoir lu qu’en diagonale ledit article.