Bénin : L’opposition a-t-elle renoncé au pouvoir?

Bénin : L’opposition a-t-elle renoncé au pouvoir?

L'Opposition béninoise veut-elle laisser le Bénin dans les mains malhabiles de Talon et de ses collaborateurs qui ne savent pas où ils emmènent le Bénin?

Bénin : Le gouvernement dans la logique de l’« Etat spectacle »

Devons-nous descendre plus bas encore et disparaitre complètement dans l’insignifiance pour que par une opération de sauvetage elle consente enfin à sortir de sa dormance comme disait ce Président de l’Assemblée nationale qui est retourné du néant dont il était sorti?

Le peuple gémit, pleure et grogne mais c’est à croire que ce pays n’a de ressources humaines que les militants du FSP qui se bat avec une admirable énergie contre cette machine qui ne recule devant aucune compromission et aucune traîtrise pour pervertir et verrouiller le jeu politique resté depuis le 06 avril 2016 d’une affligeante médiocrité ?

Un gouvernement qui n’a aucune ligne directrice visible et lisible et qui se cherche depuis devait attirer de ceux qui avaient cru solliciter notre suffrage comme présidentiables, les critiques les plus impitoyables qui obligent le gouvernement a sortir de son inaction et de sa pauvreté intellectuelle.

Nous avions un instrument de travail qui avait du sens ; c’était l’ensemble du DSRP avec ses orientations stratégiques qui, bien appliquées sur une dizaine d’années n’auraient pas seulement réduit la pauvreté mais aurait également  commencé à produire de la croissance. Les deux concepts marchent de pair car qui réduit les poches de pauvreté pose des actes qui nécessairement créent la croissance.

De quoi avions-nous besoin avec les années Yayi si ce n’était pas mettre l’accent sur la création des emplois dans un rythme d’enfer pour donner du travail à notre population, jeunes comme vieux. Créer des emplois dans le secteur agricole et les industries agroalimentaires, qui en parle vraiment aujourd’hui sous Talon et prend les initiatives appropriées pour cela?

C’est  une chose affligeante que le Chef de l’Etat aille jusqu’en Inde dans le cadre du Sommet de la Banque Africaine du Développement pour le développement de l’agriculture en Afrique et ne pas tirer les conclusions qu’il faut pour régler une bonne fois pour toute ce problème des machines agricoles en envoyant devant la Haute Cour de Justice tous ceux qui ont a eu à connaitre de ce dossier. Nous ne pouvons pas continuer à danser la sarambande autour de ce problème comme si cela devait passer par pertes et profit.

Alternative politique

L’Opposition en est où sur ce dossier? Cette Opposition devait normalement créer des commissions d’acteurs du secteur agricole qui élaboreraient des dossiers bien ficelés avec les sources de financements pour la mise en valeur des deux vallées de l’Ouémé et du Mono dont on n’arrête pas de nous rabattre les oreilles comme étant les plus richesses après la vallée du Nil .

En 1991 j’ai émis l’idée d’intéresser les banques d’affaires du pays dans l’installation sur toute l’étendue du territoire national de tout ce que le Bénin compte d’agronomes avec chacun une ferme de 200hectares car aucun pays qui nous aime ne devrait nous venir en aide si, avec toutes ces terres arables disponibles nous étions encore incapables de produire assez de denrées pour cesser d’importer ce que nous mangeons. Feu Colonel Didier Dassi avait à lui seul une ferme de cette étendue qui lui permettait à l’époque de livrer du maïs à La Roche pour son élevage et  à la Béninoise pour sa bière. .

Quel est l’homme politique de cette Opposition qui peut concevoir un projet agricole aussi ambitieux qui nous permette d’occuper les terres en friches et arrêter d’importer les denrées alimentaires? La politique ne s’arrête pas aux coups de gueule et de cœur en ville mais embrasse une vision pratique pour satisfaction des besoins des populations. Je pense à ce jeune Ministre qui à l’époque avait été Ministre du développement rural pendant assez longtemps pour ne pas avoir des plans d’occupation de notre campagne au lieu de perdre son temps à ne rien faire aujourd’hui à la Présidence comme Conseiller Spécial .Pour avoir longtemps pratiqué ces conseillers, je sais comment  et pourquoi on fait d’eux des Conseillers spéciaux pour les empêcher de devenir des adversaires politiques travaillant les électeurs contre le régime en place.

Il n’y a pas ce secteur  d’activité où une Opposition sûre d’elle-même et de ses projets ne puisse pas faire mieux que le gouvernement en place  Patrice Talon

Nous avons dans ce gouvernement des gens que nous croyions capables et compétents, des cadres de haute volée qui auraient pu être des valeurs ajoutées pour le Benin mais qui se révèlent des bois morts dans le gouvernement et qui ont peur de démissionner pour se renouveler les idées et impulser des mouvements de dynamisation de l’action politique .Je ne pense pas que pâles  et inaudibles comme ils sont  aujourd’hui dans le gouvernement de Talon, les sieurs Abdoulaye Bio Tchané et Pascal Irénée Koupaki qui a été un brillant Premier Ministre Technique sous Yayi et maitre d’ouvrage des Documents de Stratégies de Réduction de la Pauvreté n’aurait pas trouvé une meilleure utilisation à son énergie à la rigueur qu’on lui connaissait en sortant de ce groupe sclérosé et incapable.

Pour une diplomatie dynamique

Le Benin est devenu avec cette équipe un nom qu’on n’entend plus dans les sphères qui comptent. La diplomatie béninoise bégaie et est tombée dans le ridicule avec les pantalonnades  de Paris, les prestations décevantes dans les grandes rencontres internationales où même un cadre supérieur de notre Ministère des Affaires Étrangères aurait fait  bien mieux que le Chef de l’Etat. Il est une coutume diplomatique connue de tout le monde qu’à un sommet du genre du 30e qui vient de se tenir à Addis-Abeba, la délégation officielle présente à cet arrimage panafricain et mondial sa vision d’ensemble qui prend en compte tous les problèmes auxquels le Continent est confronté. Le retard économique de nos pays qui contraint nos jeunes à l’émigration avec au passage  la résurgence honteuse  de l’esclavage en Libye , du racisme et de la maltraitance des Négro-africains dans les pays, arabes et arabo berbères avec lesquels nous sommes des États membres de l’Organisation de la Coopération Islamique(OCI),.Il aurait fallu en appeler à une résolution contraignante pour tous ces pays afin qu’ils protègent les ressortissants africains .

Si notre diplomatie est d’une nullité absolue alors que nous formons des cadres de haut niveau dans nos établissements c’est très assurément parce que le népotisme rampant des Talons gangrène le Ministère des Affaires Étrangères et nos Ambassades.

L’Opposition doit travailler à trouver des solutions à nos problèmes de représentation à l’étranger pour remédier à ces carences qui font de nous la risée des pays frères et étrangers.

Les projets du gouvernements sont mal conçus ,mal synchronisés et causent assez de souffrances dans tout le pays pour qu’une Opposition offensive n’en profite pas pour clouer ces hommes au pilori pour leur incompétence notoire.

Voici un gouvernement qui nous nous chante tous les matins qu’il va nous révéler au monde mais qui n’a aucune idée de la vie de sa jeunesse, qui n’a pas appris à construire des classes pour l’éducation de l’enfance ni des amphithéâtres pour ses étudiants .Mais il y a plus grave: il limite l’accès à l’enseignement  supérieure par un relèvement substantiel des taux d’inscription pratiquant ainsi une sélection alors que dans notre phase de développement nous avons besoin d’ouvrir toutes grandes les portes des universités pour une formation massive de cadres  supérieurs.

Nous ne pouvons pas laisser la société béninoise  se refermer sur elle-même dans une politique de rétrécissement et de rationnement. Il en est de même  pour la main d’œuvre dont l’emploi qui n’existe pas déjà devient encore plus précaire après le passage de la loi sur l’embauche dont personne dans ce pays frappé par un chômage massif ne comprend le but ni  philosophie. On a l’impression que ceux qui nous dirigent ne savent vraiment pas ce qui est bon pour les populations béninoises.

Politique alternative

Alors dans ces conditions, l’Opposition doit donner de la voix par ce que j’appelle des tirs groupés et des rafales. Harceler le gouvernement de tous les côtés ,à la moindre de ses décisions ou actes ,le “travailler au corps”  comme on dit en boxe pour le pousser dans les cordes et le mettre sur la défensive. Il faut l’épuiser et le déshabiller dans l’opinion publique à telle enseigne que le doute l’assaille, le tiraille désormais .Il faut  le pousser à la faute sans arrêt en prenant soin de n’en point commettre soi-même Cela veut dire en d’autres termes que l’Opposition a formé des cadres compétents qui montent au créneau pour critiquer les actions du gouvernement, en le ridiculisant pour  son amateurisme inadmissible 57 ans après notre indépendance.

Ce sont là les techniques de harcèlement du gouvernement du Président Nicéphore D. Soglo de 1991 à 1996 dont le Professeur Albert Tévoédjrè était passé maitre car à lui tout seul, il a  rendu le gouvernement du Président groggy et impopulaire. Le résultat, on le connaît et n’a pas surpris en dépit des très bons résultats  de la politique keynésienne du Président Soglo .

Pour que  le combat contre Talon puisse aboutir ,il faut que les ténors de l’Opposition aillent en conclave le plus rapidement possible là où ils penseront ne pas être suivis, espionnés, puis approchés pour être débauchés par les  émissaires  de Patrice Talon…..

On connait bien les difficultés de la chose connaissant la grande vénalité de notre personnel politique qui mange sans honte à tous les râteliers. Ce conclave une fois tenu avec un pacte contraignant pour ses membres, on passe au recrutement des cadres chargés du travail technique de formulation des politiques alternatives dans chaque secteur, avec des dossiers prêts à entrer dans un Discours Programme à proposer à l’électorat national comme alternative crédible une alternative crédible à  être mettre en œuvre une fois arrivée au pouvoir.

Il faudra une juste répartition des rôles à partir des compétences des uns et des autres. L’intérêt de la chose est la formation d’un gouvernement virtuel dont les membres vont en mission à l’étranger pour explorer les possibilités de coopération internationale dans tous les domaines. L’exemple du coton vient tout de suite à l’esprit pour la fabrication sur place des pagnes, la confection ,les industries chimiques de teinture qui constituent des gisements d’emplois ; un autre gisement d’emplois qui est resté inexploité aussi depuis les années 1980: il s’agit de la concrétisation de la fabrication sur place au Benin des sanitaires dont les lavabos, wcs et des carreaux monocuisson et bicuisson à partir du kaolin de la région d’Adja-Ouèrè. L’Obemines avait fait faire des échantillons de lavabos en Italie qui nous auraient permis de limiter et de cesser complètement les importations de ces accessoires du bâtiment.

Qui d’entre les Opposants a l’envergure nationale et l’aura nécessaire pour  conduire une telle entreprise?, C’est en son sein  que le leader pourra émerger.Pour conduire le reste de la troupe.

Pour conclure, à moins que les Opposants n’aient décide de laisser Talon finir r faire du Bénin son entreprise privée et nous-mêmes ses agents, ils devraient sortir de leur apathie, inorganisation et de leur peur de Patrice Talon. L’heure du réveil de l’Opposition a sonné.

René Ahouansou
Professeur de littérature et civilisation américaines
Ancien secrétaire général de Commission nationale pour L’Unesco

Commentaires

Commentaires du site 6
  • Avatar commentaire

    Du n’importe quoi oui? Quelle opposition ? Ceux qu’on appelle opposants sont tous mouillés jusqu’à la moelle ils ont intérêt à se cacher!!! Des gens que nous connaissions et qui pour certains avaient à peine une moto et qui en deux ou trois ans se sont construit des maisons à étages partout? Et dès qu’on dît contrôle ils chient dans leurs culottes?

  • Avatar commentaire
    Sonagnon Il y a 2 mois

    En réalité le Bénin manque d’acteurs politiques crédibles!!!

    Tous ceux qui ont eu à essayer l’exercice du pouvoir ont eu à montrer soit d’incompétence, ou tout simplement une capacité à voler le peuple béninois.

    Patrice TALON a des dossiers sur eux tous, c’est pourquoi aucun d’eux, en tout cas ceux qui sont vraiment en mesure de le mettre en difficulté, préfèrent le silence plutôt que de l’affronter.

    Mais il va falloir l’affronter d’une manière ou d’une autre, car on ne peut pas laisser Patrice TALON conduire le pays la banqueroute.
    Il n’a ni les moyens encore moins la capacité de sortir notre pays de sa situation actuelle.

    YAYI n’a pas fait autant, je me rappelle, ceux de l’UN criaient sur tous les toits!!!
    Où sont ils aujourd’hui??? Tous là, mais les pieds et poings liés!!!

    La seule personne qui peut nous débarrasser de Patrice TALON aujourd’hui, c’est YAYI BONI!!!

    Non pas en se présentant, mais en faisant ce qu’il devrait faire pour sa succession.
    Organiser une véritable organisation politique avec des règles respectées et faire ressortir une personnalité susceptible de faire l’unanimité pour battre Patrice TALON, avec le soutien de ADJAVON et des autres leaders du sud Bénin.

    C’est YAYI qui a créé Patrice TALON que nous voyons aujourd’hui, alors il a le devoir d’aider le peuple à le faire retourner à ses affaires, et en rendant d’abord compte à la justice.

  • Avatar commentaire

    l’opposition souillée ne peut que se cacher face à un regime qui frappe les souillés

  • Avatar commentaire
    Avenir Il y a 2 mois

    C’est normal qu’il écrive de tel papier. Il a passé son temps à enseigner la civilisation qui n’est pas la sienne.

  • Avatar commentaire
    Democrate Il y a 2 mois

    De quelle opposition parle t-Il?
    A quelle opposition s’adresse t- il?
    De Ajavon?
    Du Fsp?

  • Avatar commentaire
    Democrate Il y a 2 mois

    De quelle opposition parle t-Il?
    A quelle opposition s’adresse t- il?