Bénin : Le Ravip une autre supercherie de Patrice Talon

Bénin : Le Ravip une autre supercherie de Patrice Talon

Le gouvernement de la Rupture n'a décidément pas le sens de la pertinence,de la cohérence,de la chronologie et de la synchronisation.

Où va le Bénin sous Patrice Talon?

Les chantiers d’asphaltage et d’occupation des espaces publics comme la gare routière de Dantokpa attendent désespérément d’accueillir des infrastructures destinées à embellir la ville de Cotonou; on attend les marchés modernes et les marchés des quartiers pour abriter le petit commerce de voisinage déstructuré par les déguerpissements.

On attend les constructions de classes dans le primaire au moins et des,amphis à l’Université pour donner des places assises à nos étudiants; on attend l’augmentation des bourses pour ouvrir toutes grandes les portes de l’Université à notre jeunesse; on attend des emplois à tous les niveaux pour sortir la pays de la morosité ambiante qui sape le moral de tout un peuple qui avait cru à un renouvellement et à un miracle pour porter Patrice Talon en triomphe.

On nous avait dit que la sauce était sur le feu ; on attend toujours mais rien ne s’annonce .Le pays est paralysé par des grèves catégorielles,des carrières qui sont bloquées sans raison depuis dix ans pour certains avec des arriérés de salaires que le Chef de l’Etat dit ne pas avoir les moyens depayer alors que par la titrisation Yayi Boi avait réglé ces problèmes et remis la nation au travail. Pascal Irénée Koupaki était le Premier Ministre de Yayià l’époque. On comprend mal son silence aujourd’hui.

Pendant que la majorité du peuple se sert la ceinture ,les Ministres ,leurs collaborateurs et le personnel de l’administration ont des salaires que le niveau de vie du Béninois moyen ne peut comprendre. Pendant que tout le pays gronde de colère,ce que le Chef de l’Etat reconnaît devant le clergé catholique, et que les femmes déguerpies depuis des mois menacent désormais de marcher sur la présidence,le pouvoir de Talon donne l’impression qu’il n’est vraiment pas concerné .

La loi sur le Ravip

On est en droit de se demander ce qui nous vaut cette morgue de ceux qui nous gouvernent.

Ce sentiment qu’on a que gouvernants et gouvernés ne sont pas sur la même planète est tristement renforcée par la loi N°2017-08 du 19 juin 2017 portant identification des personnes physiques en république du Bénin,la loi sur le Ravip.

A la lecture de cette loi on ne voit nulle part ce en quoi elle est un instrument de développement .Ceux qui s’égosillent à soutenir cette thèse ne l’ont certainement pas lue car la seule phrase qui a allusivement trait au développement est celle de l’article 31 où l’on parle de “planification du développement local”.Citons ledit article en entier:

Article 31: “le registre communal est destiné à la collecte des données des personnes physiques qui établissent leur résidence habituelle sur le territoire d’une commune, à l’organisation des services et à la planification du développement local”. Auparavant,l’article 12 parlait de statistiques dans les finalités du registre national sans qu’on sache exactement à quoi ces statistiques peuvent servir et quel impact elles sont censées avoir sur le plan économique. Si c’est au prix de l’établissement du Recensement Administratif d’identification des Personnes Physiques(RAVIP),alors depuis que nous faisons le recensement de la population et de l’habitat,quelque chose a dû nous échapper pour qu’après toutes ces décennies ,nos recensements ne nous aient pas apporté le développement souhaité. Et pourtant, nous ne nous sommes jamais plaints du nombre total de la population ni des segments de population qui devraient faire l’objet de politiques spécifiques. On doit savoir que l’Insae fait au Bénin le même travail d’analyses des statistiques économiques qu’en France. Notre mode de raisonnement doit prendre souvent des raccourcis dangereux si nous nous laissons aller à penser que c’est en décomptant la population qu’on organise le développement.

Construire des dispensaires là où il en faut n’a pas besoin qu’on sache le nombre exact de la population, pas plus,qu’on a besoin de ce nombre pour le forage de puits pour donner aux populations de l’eau potable.Les données statistiques de l’évolution de la population permettent de faire des modèles parfaitement pertinents pour déterminer les actions de développement .Nous avons les grandes orientations des ODD pour nous guider sans qu’on ait jamais besoin de savoir qui est venu s’installer dans une commune et qui en est parti. Il faut qu’on soit plus sérieux quand on veut vraiment gouverner les peuples qui ont déjà beaucoup de retard dans tous les domaines pour ne pas leur donner l’illusion de travailler en créant de faux problèmes avec de fausses solutions.

Les 94 articles de la loi sur le RAVIP n’apportent aucune solution à nos problèmes; ils les aggravent au contraire. L’article 53 stipule:”Nul ne doit obtenir des documents d’identification s’il n’est détenteur de numéro personnel l’identification s’il n’est enregistré dans le registre national”.Au nombre des documents d’identification il est question de la carte nationale d’identité et les documents nationaux de voyages qui sont de deux sortes, à savoir, les passeports et les titres de voyage.

A ce point, l’impact du Ravip en tant qu’instrument de développement n’a pas encore été démontré. Si l’établissement des documents de voyage dépend de l’enregistrement sur le registre national,c’est un retour aux années de la révolution où la présentation de la carte d’électeur était exigée avant l’établissement de tout document administratif sous le Prpb. On comprend que le parti révolutionnaire veuille contrôler les populations et les contraindre à une discipline révolutionnaire, je ne comprends pas que dans un système fondé sur la liberté et la liberté de mouvement on puisse mettre ces obstacles-là, à la libre circulation des personnes et des biens sans que l’on comprenne l’intérêt de la chose.Toute chose doit avoir une raison d’être. Ici, la ou les raisons ne se voient pas. Ce qu’on voit c’est un contrôle des populations comme au bon vieux temps de Sékou Touré en Guinée Conakry pour savoir qui fait quoi et quand .Cette mesure est un frein à la mobilité des populations..

Nos services consulaires sont dénoncés par les Béninois de l’étranger comme étant particulièrement inefficaces dans l’établissement des passeports. Cependant l’article 3 déclare que les registres des Béninois de l’étranger leur permettraient de jouir de leurs droits de Béninois de l’étranger. Si la carte consulaire existe toujours il me semblerait qu’elle seule suffirait pour établir l’identité du citoyen béninois à l’étranger qui n’aura pas besoin de s’inscrire encore sur les registres du RAVIP pour bénéficier desdits droits qu’on ne précise pas. J’ignore si c’est le Haut Conseil des Béninois de l’étranger qui s’est plaint des mauvaises prestations de nos ambassades et Consulats. Si c’était le cas ,ce ne serait pas leur inscription sur les listes qui changerait quoi que soit. De quels droits parle-t-on d’ailleurs? L’assistance des services de l’ambassade quand on a des problèmes avec la police ou avec la justice ou encore avec son propriétaire ? Dans le doute je suspends mon jugement .Si l’on a besoin d’être sur le Ravip pour être protégé contre les sévices et traitements cruels et inhumains dans les pays arabes alors on manquerait d’efficacité et d’humanité si la solidarité humaine doit attendre votre inscription sur ce fameux Ravip.

Lien Lépi et Ravip

Maintenant quel est le lien entre la Lépi et le Ravip? En principe la liste électorale permanente électronique n’a rien à voir avec le recensement administratif à vocation d’identification des personnes physiques. Personne jusque-là n’avait cherché à établir un lien entre le recensement de la population et la liste électorale. Personne ne comprendrait qu’on en établisse avec le Ravip, les deux n’ayant nullement la même, mission. Pourtant, le législateur d’aujourd’hui sous la Rupture veut que la Lépi aille tirer l’information qui lui manquerait dans le Registre national. C’est l’article 13 qui en dispose ainsi: “la production de données nominatives, personnelles et biométriques à mettre à la disposition de l’organe désigné par la loi pour l’établissement de la liste électorale permanente(LEPI)“.La Lépi a de l’antériorité sur le RAVIP. Pourquoi devrait-elle s’appuyer sur le Ravip pour avoir ses données aujourd’hui ?Nos législateurs ont perdu quelque chose que je n’ose pas nommer si ce qui a assuré des élections “transparentes” jusque-là doit brutalement dépendre de cette liste pour devenir complète. Le jeu trouble auquel se livrent nos honorables députés,avec l’éminent juriste qu’est Maitre Adrien Houngbédji nous rappelle que le Président de cette Assemblée a été élu contre Komi Koutché grâce à la télécommande de Paris et qu’il lui doit le retour de l’ascenseur.La démocratie béninoise prend l’eau par l’Assemblée nationale.Il faut le savoir et le dire haut et fort.

La méfiance du peuple et de la classe politique à l’égard de ce Ravip suffirait pour arrêter les frais car ce Ravip, éloigné des populations, qui ne se bousculent pas autour sera moins satisfaisant que la Lépi bâclée de Arifari Bako. La Lépi a été évoquée deux fois dans cette loi sur le Ravip, la deuxième fois par rapport à l’Agence Nationale d’identification des Personnes,article41.

Il y a des choses qu’on a du mal à imaginer. Il est dit que le Numéro Personnel d’identification aiderait dans le règlement des successions. Il vaut mieux citer l’article 3ou4:

“Le NPI subsiste au décès de l’individu et peut être requis dans les dossiers relatifs à la succession de l’individu et de l’attestation de sa progéniture. Si ceci ne sonne pas comme un boniment il faudra chercher un meilleur mot. .

La partie de cette loi semble complètement irréaliste quand elle déclare que “le maire est chargé de la tenue du registre communal.Il peut déléguer sous sa surveillance et sa responsabilité à un ou plusieurs chefs d’arrondissement”. Connaissant l’incapacité de notre administration à tenir des archives,tout ce qui est dit des radiations fait sourire.En clair si quelqu’un quitte une commune on le radie de la liste de la commune et on note son autre point de chute comme si on devait demander au maire ou à ses collaborateurs la permission de changer de résidence.Tout cela est mentionné dans La tenue du registre communal.

Je vous fais grâce du reste de la loi relatif aux données fausses ou altérées qui annulent le NPI.Je vous fais également grâce des dispositions pénales et des dispositions transitoires,qui semblent donner un sursis à nos pièces d’identification jusqu’à l’adoption finale de ce Ravip.

J’ai fait une lecture très attentive de cette loi N°2017-08 du 19 Juin 2017 pour pouvoir dire quelle ne nous apporte rien qui vaille sinon des contraintes,que personne n’a souhaité avoir. Si l’on reconsidère les conditions dans lesquelles ce nouveau marché de gré à gré a été passé avec le Président Patrice Talon, on est en droit de soupçonner une magouille de plus et un marché sulfureux comme tous les autres.Comme disait un ancien Ministre de la république,la cabri broute là où on l’a attaché.Mais comme on s’attache soi-même,alors cela devient “on crée les chantiers pour bouffer”. Rupture ou Révolution,le peuple est toujours la victime.En tout état de cause,ce boniment que le Ravip est un instrument de développement est une pure mystification ,un autre tour de passe du Magicien Talon.

Je conclurai en attirant l’attention de nos honorables de revoir que le verbe faire au pronominal suivi d’un infinitif reste invariable.Veuillez relire vos dispositions pénales pour les personnes qui se sont fait inscrire sur les listes avec des données fausses.

René Ahouansou
Professeur de littérature et civilisation américaines
Ancien secrétaire général de la commission nationale pour l’Unesco

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    Amaury Il y a 2 mois

    Qui ne sait pas dans le pays que le RAVIP est un foutage de gueule à la puissance 1000 ?

    On aurait pu prendre tout cet argent pour faire une CNI à chaque citoyen qui n’en a pas et procéder au recensement des étrangers.

  • Avatar commentaire
    virgile Il y a 2 mois

    Qu’il nous laisse tranquille ce professeur nous l’avons vu ici déjà par le passé.
    Vous n’apportez rien dans vos article. Professeur vous pouvez ne pas aller vous faire enrôler pour le RAVIP.

  • Avatar commentaire
    K Thomas Il y a 2 mois

    Professeur, tâchez d’être moins long la prochaine fois!