Rémunération des collaborateurs des ministres: Le gouvernement de la rupture dans la gabegie

Rémunération des collaborateurs des ministres: Le gouvernement de la rupture dans la gabegie

Quelles incohérences ce gouvernement de la Rupture étale-t-il aussi allègrement comme si l'Etat était désormais dirigé par un ordinateur déréglé!

Esclavage en Libye: Le mutisme inquiétant des autorités béninoises

Voilà un pays où la Directrice générale du FMI vient à peine de décerner des satisfecits pour gestion supposée rigoureuse des finances publiques à la grande satisfaction de son Institution pour que peu après son départ, on assiste à une flambée des rémunérations des Ministres de la république et de leurs collaborateurs dans une économie exsangue étouffée et essoufflée par la pression fiscale et où le revenu par tête d’habitant ne dépasse pas $2 par jour.

Être un homme d’affaires ne fait pas nécessairement de vous un homme d’État avec le profil requis pour le job. La participation du Benin au 30e Sommet de l’Union africaine, de l’avis de tous a été un flop! Qu’en est-il dans les autres domaines?

Chacun aura déjà remarqué que Patrice Talon fait des affaires mais manque étrangement d’esprit de géométrie. La logique est totalement absente de son action comme s’il y avait deux Talons ,l’un qui agirait et l’autre qui réfléchirait après coup, une sorte de schizophrénie au sommet de l’Etat ou carrément une déficience d’intelligence.

Il était une fois Kérékou

Mais alors on peut se demander comment fonctionnent les Conseils des Ministres. Nous avons tout de même deux anciens banquiers de la prestigieuse institution bancaire ouest-africaine qui a nom Bceao avec bonne référence dans le monde ! Ces technocrates nous confirmeront que les rémunérations répondent tout de même à des normes internationalement reconnues. Ou bien le Bénin est devenu un pays totalement irrationnel ou alors il y un trait de génie qui traverse la tête de ceux qui nous gouvernent et qui nous échappent pour qu’ils fixent des salaires dépassant toutes les grilles de rémunération connues. Ou encore c’est sur la base des diplômes que l’on vous rémunère en prenant en compte les spécificités et risques du poste que l’on vous confie ou tout simplement la dangerosité du job en compensation des risques de vie et/ou de mort qu’aucune retraite dorée ne pourrait compenser le cas échéant.

On ne comprend donc pas quels critères ont dicté le choix du Chef de l’Etat ni comment le Conseil des Ministres en a décidé ou n’en a même pas été informé car aucun financier ne peut admettre ces mesures sans renoncer à ce qui fait de lui un homme.

Chacun se rappellera que dans les années chaudes de la révolution et après les prises en charge des secteurs vitaux de l’économie en 1975,le gouvernement sous le Président Mathieu Kérékou avait porté les salaires de tous les Directeurs de société à cent mille (100.000) francs avec des avantages pour les motiver d’une part et leur enlever la tentation des détournements. Mais en réalité ces mesures d’incitation n’ont eu aucun des deux effets escomptés; la nature humaine est ainsi faite que plus vous en avez plus vous voulez en avoir. La motivation n’a pas été créée chez les Directeurs de société et les détournements n’en ont pas été empêchés non plus. Au contraire barons du Prpb et Directeurs de société avaient fini par créer la “nomenklatura révolutionnaire” à la russe ponctuée tous les mercredis soirs de nominations tournantes. Une nouvelle classe sociale venait de voir le jour qu’on nommait les aurorites politico-administratives avec les voitures à plaques bleues et rouges.

L’échec de la révolution a commencé là, dans la désaffection du reste du peuple qui ne se sentait plus partie prenante dans le processus révolutionnaire qui est devenu l’affaire des gens du Parti et de leurs protégés, Directeurs de société.

Des salaires pour mettre à l’abri

Puis, il y a eu la grande faillite du régime révolutionnaire suivie de la Transition. La Transition après la Conférence nationale a repris l’idée des salaires politiques sous le Premier Ministre Nicéphore .Soglo qui a augmenté les salaires du personnel politique ,sur la suggestion ,nous avait-il dit à l’époque de son ami et promotionnaire de l’Ena, Pierre Joxe, pour mettre ces responsables à l’abri du besoin et des détournements mais jamais aucun salaire politique n’a atteint ces sommets qui révoltent le peuple travailleur aujourd’hui en ces jours de grèves pour les avantages qu’on refusent depuis de pays

On peut se demander ce qui est le plus urgent en ce moment? Construire plus d’amphithéâtres et de salles de classe dans nos universités, recruter plus d’enseignants pour rendre le système Lmd applicable avec 1professeur pour 25 ou même dans le pire des cas 1professeur pour 50 étudiants?. Les simulations ont été faites et ce sont les coûts financiers que Madame la Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a évoqués pour réduire les recrutements qui sont devenus tout de même urgents et nécessaires pour le bon fonctionnement de nos universités. Le même gouvernement sous prétexte des coûts de formation a relevé les frais d’inscription à l’Université.

Par ailleurs, c’est de notoriété publique que depuis le 06 avril ce gouvernement n’a pas construit une seule salle de classe, ni dans les enseignements maternel et primaire ni dans l’enseignement secondaire technique et professionnel. On ne parlera pas de l’Etat dégradé, délabré de nos centres de santé dont le Cnhu Hubert Maga, l’hôpital de référence ni de l’Homel, l’hôpital de la Mère et de l’Enfant!

Pourtant, on nous parle abondamment du renforcement des ressources humaines par l’Arch. On aurait pensé qu’après avoir administré à son concurrent Lionel Zinsou qu’il ne connaissait pas le pays ,on se serait attelé depuis bientôt deux ans à la résolution des problèmes pour marquer vraiment la Rupture ou un Nouveau Départ.Telles que les choses se passent , nous semblons être au théâtre de l’absurde où l’on ne fait pas ce qui est attendu ,ce qu’on a promis qu’on ferait et où l’on fait précisément ce que personne n’aurait pensé raisonnable de faire pour des gens sains d’esprit. Renvoyer un Ministre pour le rappeler peu après comme super conseiller au Palais, comme si on ne savait pas ce qu’on faisait.

Un monde sans normes

Oh! On évoquerait bien pour ce gouvernement de génies les pièces du théâtre de l’absurde telles que En attendant Godot ,La cantatrice chauve, La leçon de piano ou Le Rhinocéros .On est décidément dans un monde qui n’a plus de normes, un monde devenu fou. un autre “Things Fall Apart” ou le faucon échappe au fauconnier.En matière économique pure, il n’y a pas prospérité économique, quand il n’y a pas d’argent dans le circuit financier.La dette intérieure de l’Etat vis-à-vis des opérateurs économiques n’a pas encore été remboursée. Donc l’économie tourne au ralenti. Ce qu’il aurait fallu faire aurait été d’injecter de l’argent dans le circuit financier pour inciter à la consommation intérieure. On a porté les micro- crédits à 100.000f je crois. On peut même les porter deux fois plus haut ,le résultat sera toujours le même si le consommateur n’a pas les moyens d’acheter ce qui est en vente.

Nous en sommes où? Voilà les formateurs de notre jeunesse qui ne sont pas payés depuis des mois et qui doivent arrêter le travail pour se faire entendre lorsque dans le même temps on organise la curée au niveau de l’Etat central ? Mais non,on est dans quel pays?

Pour conclure, quelle devrait être l’attitude des pays qui nous viennent en aide? L’Usaid s’était déjà retirée de l’enseignement de base dès que nous avons prétendu avoir fait 100% à l’examen du Cep sous feue Karim Rafiatou avec les Npe au primaire. La réaction la plus saine et cela tomberait sous le sens pour n’importe qui, l’attitude la plus logique serait de dire au Bénin qu’il n’a plus besoin d’appuis budgétaires , puisqu’il peut s’octroyer des rémunérations égales ou supérieures à celles des personnels politiques de l’Union Européenne. Les pays qui nous avaient choisis comme pays à forte concentration d’aide devraient prendre leurs distances, geler leurs aides jusqu’à la fin de cette Administration pour que le peuple béninois se rende compte qu’il ne peut pas continuer à rouler carrosse avec l’argent des contribuables étrangers, européens asiatiques et américains. Il faut sonner la fin de l’irresponsabilité et de l’inconséquence de ce gouvernement de la Rupture et du Nouveau Départ.

René Ahouansou

Professeur de littérature et civilisation américaines

Ancien secrétaire général de Commission nationale pour L’Unesco

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire

    Votre systeme démocratique de 1990…nourrit bien son homme…et tres bien d’ailleurs..

    Elle a quand meme fait apparaitre…une classe d’initiés insestieux…qui s’adoubent des décennies.

    A t on besoin de travailler…pour devenir riche…?..non..il suffit de s’investir en politique

    Les jeunes générations…sont averties…

    Si au benin…on peut toucher…des salaires politiques…deux fois …que dans les pays dévelloppés…c’est pas demain…que les jeunes vont arreter d’aller mourir..en méditérannée..ou se faire vendre en lybie

    Puisque donc…la méchanceté,la gloutonnerie…le tout pour nous rien pour les autres….n’ont pas de limites

    Trump est tres gentil…en nous traitant de merde…puisque qu’en effet….nous ne sommes…que ça…