Bénin : La théorie des grands électeurs à l’épreuve des faits

Bénin : La théorie des grands électeurs à l’épreuve des faits

"Dans les petits pays comme les nôtres, ce qui permet à un Président d'être réélu c'est sa capacité à soumettre tout le monde* . Quand tous les députés sont à sa solde. Quand tous les maires sont à sa solde.

Bénin : l’He Atao Hinnouho contre les pratiques qui ont cours au parlement

Quand tous les élus locaux sont à sa solde. Quand tous les commerçants, le trésor public sont à sa solde. Quand les partis politiques sont affaiblis et sont à sa solde. Sa réélection est facile…

… *Ce qui permet à un Président d’être réélu, ce n’est pas son mandat, ni son résultat et ses performances. C’est la manière dont il tient les grands électeurs. C’est la manière dont il tient tout le monde. C’est la manière dont personne n’est capable de lui tenir tête, d’être compétiteur contre lui. Si vous n’avez pas de compétiteurs, vous avez beau être mauvais mais vous êtes réélu.*”

*Patrice Talon*

_*Source : Émission électorale : Moi, Président de l’ORTB.*

Retour sur le discours d’investiture

Et voici à présent la partie du Discours d’investiture le 06avril 2016 où le Président Patrice Talon dénonce avec force la corruption et le rôle nocif de l’argent dans notre politique, particulièrement en périodes électorales. Que chacun mette ces déclarations à la suite l’une de l’autre ou en face l’une de l’autre pour chercher la cohérence dans les professions de foi de démocrate du Président Talon .Moi j’ai cherché mais n’ai pas trouvé. Que chacun, à son tour fasse l’effort intellectuel rigoureux de chercher par lui-même pour se faire une idée claire de qui nous avons envoyé à la Marina pour présider aux destinées de notre pays.

“Enfin je ferai de la lutte contre la corruption un combat de tous les instants et de tous les jours et qui n’épuiseront pas les efforts inlassables de la justice et de la société civile destinés à mettre un terme à l’impunité. À cet égard et pour en donner le gage nécessaire, je déclare du haut de cette tribune, que non seulement je m’y suis préparé mais j’affirme que je suis déjà prêt maintenant et tout de suite.

Mesdames, Messieurs, chers compatriotes,

Comme vous le voyez le mandat qui s’ouvre augure d’heureuses perspectives que je m’engage à transformer en actions concrètes destinées à l’essor du Bénin, au bien-être et à l’épanouissement de nos populations. Je voudrais y associer la communauté internationale, nos traditionnels partenaires techniques et financiers ainsi que toutes les bonnes volontés de quelque horizon qu’elles viennent avec cet immense espoir qu’ils resteront aux côtés de notre pays lorsque j’aborderai les défis de la reconstruction nationale, ceux de l’enracinement de la démocratie, ainsi que la lutte contre la pauvreté et la corruption.[….]

Je m’en voudrais, ici, de ne pas souligner avec force, que l’enracinement démocratique de notre pays est largement tributaire du système partisan qui est le nôtre et des valeurs, qu’ensemble, nous envisageons de promouvoir. Il n’est pas alors sans intérêt de s’inquiéter du rôle de l’argent dans la compétition politique et le vote des électeurs. Il nous faut de toute urgence, prendre la mesure du péril collectif, auquel nous sommes exposés. En termes clairs, si l’état démocratique que nous aspirons à construire passe par des élections libres et transparentes tenues à bonne échéance, le vote du citoyen en tant que moyen d’expression de son adhésion à l’idée démocratique doit être débarrassé de toute considération financière ou rétributive. Ici et maintenant, j’appelle à notre conscience citoyenne et davantage de civisme pour faire cesser le règne de l’argent en politique.”

Chacun se rappelle l’engagement du Président Patrice Talon à combattre la corruption et à en faire un combat de tous les instants de son mandat unique de transition. Aussi sommes-nous interloqués par ces récents propos du Chef de l’Etat qui affirme qu’un Président peut être mauvais et ne rien réaliser et cependant être confortablement réélu, s’il se retrouve sans compétiteur ; il ne parle pas de concurrent mais de compétiteur, son mot fétiche

A la suite de ces déclarations le citoyen qui a voté pour lui à 65,39% sur la base de sa promesse de ne faire qu’un mandat peut se demander à juste titre si le Président envisage de se présenter pour un second mandat contrairement à ses engagements de campagne. Il est vrai que son aîné Adrien Houngbédji a, à un rare moment de franchise avoué que ” les promesses électorales n’engagent que ceux qui y croient». Le Président Houngbédji n’a pas inventé cette expression. Elle remonte bien avant lui dans la politique française mais de l’avoir sortie avec autant d’aisance et d’aplomb signifie qu’il se l’est faite sienne.

A la lumière des déclarations du Président Talon on peut conclure que cette déclaration de Houngbédji a fait école avec Patrice Talon qui lui aussi se libère très allègrement de tout ce qu’il dit sans aucun souci de cohérence. Il est devenu coutumier du fait de dire une chose mais de faire exactement le contraire de ce qu’il promet. Il avait promis de combattre la précarité de nos populations des villages et des quartiers de ville mais de tous les régimes qui ont précédé le sien, il est celui dont la gouvernance erratique chaotique, en moins de deux ans aura précarisé le plus les populations et créé le plus de chômage.

C’est un drame pour un pays que son Chef ne puisse pas être cru sur parole parce que cette parole ne vaut même pas le souffle chaud qui la porte et qu’il faille la prendre et la comprendre à l’envers. S’il faut comprendre à l’envers ce qui est dit , que faut-il faire des engagements écrits alors?

Dans la liesse de la victoire, Talon s’est félicité de l’ancrage de la démocratie au Bénin et que les élections paisibles et propres en soient une preuve supplémentaire. L’Histoire choisit souvent les Chefs pour les peuples et c’est pourquoi Saint Paul demande à Timothée son fils spirituel de prier pour les dirigeants pour que l’Esprit de Dieu touche leur cœur et les assiste .Patrice Talon l’a demandé au clergé catholique mais mérite-t-il qu’on prie pour lui quand il est manifestement déterminé à faire souffrir son peuple? Ne mérite-il pas au contraire le courroux du Ciel? Le livre des proverbes est plein d’enseignements pour tout le monde et plus particulièrement pour les dirigeants quand il intime “Recommande à l’Éternel tes œuvres , Tu réussiras tes projets” au chapitre 16,verset 3. Mais les cœurs endurcis et hautains finissent toujours par avoir leur juste rétribution:”Tout cœur hautain est en abomination à l’Éternel; certes,il ne restera pas impuni”.

On prie pour que le Ciel assiste ceux qui ont de lourdes charges mais quand leur coeur est faux comme on le constate dans le cas du Chef de l’Etat béninois, ils se couvrent eux-mêmes des malédictions et bien sûr deviennent les anges noirs du démon par leur méchanceté.

Aucun Chef d’État dans toute la jouissance de ses facultés intellectuelles et morales ne peut faire cette sortie de Patrice Talon car quand un Président à qui on a librement donné son suffrage avec l’assurance qu’on faisait le meilleur choix parle en termes aussi crûs et violents de mettre les gens sous ses ordres pour être facilement réélu, sans compétiteurs pendant qu’on s’affuble soi-même de compétiteur-né il y a franchement quelque chose qui ne va pas. Quelque chose n’est pas à sa place .Dans ces conditions on est en droit de relire les événements qui se sont passés coup sur coup en quelques mois en moins de deux ans juste après qu’il est venu au pouvoir: les événements deviennent lumineusement clairs.

De l’affaire 18 kilos de cocaine à celle des faux medicaments

Ainsi la découverte des 18kg de cocaïne dans le conteneur de Cajaf Comon Sa encore au port ,donc sous la responsabilité légale des autorités du port prend-elle la coloration politique d’un coup tordu pour éliminer Sébastien Germain Ajavon très tôt de la course pour la présidentielle de 2021.Apres l’échec lamentable de cette tentative toutes les misères qu’on lui fait depuis sont des solutions alternatives pour l’éreinter en fermant le terminal de Cajaf Comon Sa, la tentative de redressement fiscal fantaisiste, la fermeture puis le brouillage systématique de la radio Soleil FM ,l’interdiction de la chaîne de télévision Sikka tv appartenant toujours à Ajavon et bien d’autres coups en-dessous de la ceinture ne sont des actes d’un homme brave honnête comme le Grand Maitre des Ordres nationaux doit l’être. Si un Magistrat est faux, quelle justice s’attend-on à avoir et à plus forte raison de la part du Premier des Magistrats.

N’est-il pas devenu subitement clair que tous les acharnements et harcèlements contre Lehady Vinagnon Soglo, Maire de Cotonou et contre tous les autres Maires qui ont été destitués, l’ont été parce que Talon ne veut avoir personne sur son chemin? N’est-il pas devenu clair comme l’eau de roche que Laurent Mètongnon est victime d’une cabale et d’accusations sans fondements parce que Talon ne veut avoir personne dans les pattes le moment venu en faisant taire toute Opposition? N’est-il pas devenu très évident que l’acharnement contre Mohamed Atao Hinnouho désormais en fuite entre lui-aussi dans la même stratégie de n’avoir aucun concurrent sur sa route,le moment venu?

La bible dit “la bouche parle de l’abondance du cœur”. Talon a livré toute sa malice, sa rage et sa ruse à un moment où son démon intérieur qu’on appelle du mot grec hubris n’en pouvait plus de se taire. Il a trahi sa vraie nature que nous devinions déjà depuis l’affaire de la tentative d’empoisonnement qui s’est soldée par un non-lieu reste politique, donc suspect.

La république est en danger si à la Présidence de la république on a un Monsieur qui a ces idées du pouvoir, et de la façon dont il va y accéder et y rester. Les peuples dit-on ont les gouvernants qu’ils méritent. Je doute que le peuple candide et confiant du Bénin mérite ce type d’homme pour conduire ses destinées car il y a un monde de différence entre le dirigeant moderne que nous étions en droit d’avoir et un “mutant” qui déclare ,de sa propre bouche qu’il ne reculerait devant rien ni personne pour avoir et retenir le pouvoir.

René Ahouansou

Professeur de littérature et civilisation américaines

Ancien secrétaire général de la Commission nationale pour l’Unesco

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire

    Pour être honnête, il aurait fallu reporter la totalité des propos de Talon, au lieu de les tronquer pour en inverser le sens.
    Ces propos se concluait par la nécessité d’avoir un mandat unique pour éliminer le risque de voir le président en exercice, user de ces pouvoirs pour soumettre tout le monde.
    Pour faire avancer notre pays, il faut que le débat soit honnête.

  • Avatar commentaire
    Gombo offline Il y a 2 mois

    Il est clair que Talon déploie méthodiquement sa stratégie de faire le vide pour s’assurer à lui ou ses lieutenants pérennité au pouvoir…
    Mais d’autres avant lui ont essayé et en dépit de sa méthode lui et les siens seront boutés dehors violemment ou non… quelque soit la longueur de la nuit, le jour finit toujours par se lèverez…