Les implications juridiques et judiciaires de l’aveu inattendu de Patrice Talon à l’Elysée

Les implications juridiques et judiciaires de l’aveu inattendu de Patrice Talon à l’Elysée

Le 05 mars dernier, Patrice Talon a été reçu officiellement par le nouveau locataire du palais de l’Elysée, Emmanuel Macron.

Bénin: La deuxième dérobade de Patrice Talon

Une visite longtemps désirée et obtenue au finish à l’arrachée, après un petit bouleversement du calendrier de son illustre hôte. Une visite dont les séides du régime de la rupture continuent de s’épancher sur les ‘’heureuses retombées’’.

Cependant, tout le monde, à commencer par la classe politique, semble avoir oublié la grosse bourde qui a marqué cette visite , à savoir l’aveu public du profit que lui Patrice Talon, a personnellement tiré de la mauvaise gestion du pays. Retour sur les conséquences d’une journée calamiteuse où « la figure de notre pays a été versée par terre », comme le disent nos frères ivoiriens avec leur humour ravageur .

Coup de tonnerre dans un ciel parisien qu’avaient commencer à couvrir les limbes de la nuit: Patrice Talon contre toute attente lance une bombe au monde en déclarant à l’Élysée au cours de la Conférence de presse qu’il co-animait avec Emmanuel Macron, qu’il a participé a l’appauvrissement de son pays en prenant largement sa part de sa richesse Nationale en profitant lui-même de la mal gouvernance ambiante et en l’encourageant.

On peut se demander ce que son hôte a pu penser à ce moment précis de lui et du pays pour lequel il est venu solliciter l’aide et l’assistance financière,technique et technologique de la France. Ces Nègres venant arpenter la cour de l’Élysée sont tout de même des bizarreries de la race humaine. Pouvez-vous imaginer Al Capone ,le célèbre gangster de Chicago des années 1930 confortablement assis dans le fauteuil présidentiel du bureau oval de la Maison Blanche vitupérant contre les crimes de sang, la circulation des armes à feu, contre l’évasion fiscale et bien d’autres crimes dont il était passé lui-même le Chef d’orchestre, le grand architecte!

On dit en droit que nul ne peut témoigner contre lui-même et l’amendement 5 de la Constitution américaine est très claire a ce sujet. Mais le Président béninois, sans intimidation, ni sévices corporels pour ne pas dire tortures policières, mais très librement, devant le monde entier, avoue le plus calmement du monde avec son rire caractéristique qu’il a participé lui aussi à la curée, c’est-à-dire à tous les crimes économiques qui ont arriéré le développement économique du pays qu’il prétend vouloir révéler au monde par son Pag pour lequel il a insisté à être reçu à l’Élysée.

Cette confession publique du Chef de l’Etat faite officiellement devant des millions de témoins est une bonne raison pour le Procureur général de prendre désormais ses responsabilités. Ces faits confessés étant antérieurs à son élection à la Présidence de la république, le Procureur général affirmerait de manière dramatique l’indépendance de la justice en nommant une commission rogatoire pour faire les investigations pressantes sur les pratiques actuelles de marchés signés de gré à gré dans des conditions opaques et si douteuses qu’ils sont des occasions déguisées de corruption et de conflits d’intérêts et de prises illégales d’intérêts au sommet de l’Etat.

Les décaissements opérés par le Ministre des Finances sur simple injonction du Chef de l’Etat au profit de ses sociétés ou anciennes sociétés feront l’objet d’investigations sérieuses qui finiront par l’impliquer dans un système de détournement à son profit ou à tout le moins, au profit de ses anciennes sociétés. La collusion entre le gouvernement et ses partenaires en affaires qui gèrent ses anciennes sociétés démontreront la supercherie de son retrait de ses sociétés.

Le droit doit explorer davantage ses relations personnelles avec ceux qui gèrent aujourd’hui ses anciennes sociétés pour établir la continuité de conflits d’intérêts sur la base de la proximité parentale, familiale et amicale des actuels gestionnaires de ces sociétés. Passer la gestion de sa société à un membre de sa famille ne supprime pas le délit de conflits d’intérêts.Les juristes doivent étudier la question avec toute la diligence requise pour qu’on ne contourne pas trop facilement la loi.

La jurisprudence internationale existe qui sera invoquée à l’appui de ce réexamen. Les opérations du PVI au port et le retard de mise en service du port sec de Parakou par rapport au port sec d’Allada appartenant au Chef de l’Etat finiront par donner lieu à de fortes présomptions de conflits d’intérêts indiscutables.

Les exonérations abusives dont bénéficient le Pvi et les sociétés partenaires sont contraires à l’orthodoxie financière pour des sociétés qui opèrent depuis des années dans le même secteur et correspondent à des délits d’abus de pouvoir, d’autorité et de trafic d’influence répréhensibles dont ces sociétés bénéficient de par l’autorité du Chef de l’Etat,Chef de gouvernement qui justifieraient les accusations de conflits d’intérêts et de prises illégales d’intérêts au sommet de l’Etat. Quand on a avoué soi-même,sans y avoir contraint par des pressions et des pratiques inadmissibles de la police, qu’on a participé par le passé au pillage de l’économie nationale et qu’en sa qualité de Chef de gouvernement on n’aura pas ordonné l’arrêt de ces exonérations ,cela signifierait qu’on a continué les pratiques de pillage du passé,en narguant la campagne de moralisation de la vie publique et la lutte contre l’impunité et la corruption qu’on déclarée être son combat de tous les instants.

Voilà un vaste champ d’investigations ouvert à un Procureur général tatillon sur les pseudo délits des Mètongnon et autres. Il n’y a pas l’ombre d’un doute qu’il devrait faire pour donner l’assurance qu’il œuvre pour une justice forte, indépendante qui ne serait pas aux ordres. Si les compétences devaient lui manquer la coopération judiciaire avec des pays dont nous sommes sûrs de l’impartialité pourrait être sollicitée pour voir plus clair dans le climat des affaires politico-judiciaires au Benin à l’heure de la Rupture.

Sortir la haute cour de justice du chômage

Jusque-là nous avions dit que la Haute Cour de Justice était en chômage, donc oisive et inutilement budgétivore. Le Chef de l’Etat vient de se proposer comme son plus gros client dont elle n’a pas besoin d’une torche pour trouver les infractions : elles ont été publiquement et librement avouées par le Chef de l’Etat à l’Élysée. Nous serions un peuple déroutant et incompréhensible de ne rien faire après ces aveux publics.

Le Chef de l’Etat devra nous en dire plus. Il ne nous reste plus qu’à ramasser le reste de son réseau pour poursuivre les investigations. Nous ne soumettrons pas le Chef de l’Etat aux perquisitions et aux manières grossières de sa fameuse Brigade Économique Financière qui s’est rendue coupable naguère dans les cas de Lehady V. Soglo , Sébastien Germain Ajavon, Laurent Métongnon.

La loi doit être la même pour tous, sans parti pris .Il suffirait que le Chef de l’Etat soit convoqué devant le Procureur général, même comme témoin assisté pour lui épargner la honte d’être publiquement accusé de ses crimes économiques depuis des décennies, contrairement aux traitements qu’il inflige, lui aux présumés coupables sur qui il lâche sa presse aboyeuse que François Mitterrand a su si bien qualifier de chiens.

Quand nous disons que le Chef de l’Etat a un démon intérieur nommé hubris,il vient de nous en donner l’ultime preuve à sa deuxième conférence de presse en moins de deux ans à l’Elysée.

René Ahouansou

Professeur de littérature et civilisation américaines

Ancien secrétaire général de commission de l’Unesco

Commentaires

Commentaires du site 10
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 Il y a 1 mois

    Un parvenu: “Une personne qui a acquis une condidtion sociale supérieure sans en avoir pris les manières”.S’il en est ainsi, Patrice Talon est un parvenu de dernière heure au Bénin.

  • Avatar commentaire
    ADAMBI ISSIFOU Abdou razacki Il y a 1 mois

    Tros cool

  • Avatar commentaire
    Amidou Il y a 1 mois

    Le président doit se maitriser LL ne  devait pas dire cela pour ne ternir son image et ce lui du pays

  • Avatar commentaire
    ADJAKPA Euloge Il y a 1 mois

    Pour moi la déclaration du président de la République du Bénin à l’Élysée relève de l’honnêteté intellectuelle. L’urgence c’est plutôt comment faire pour le dégel de la crise sociale du pays.

  • Avatar commentaire
    Kodokoue Il y a 1 mois

    Pour un président il est important de mesurer ses paroles toute vérité n’est pas bonne à dire vous étés allé loin mon président

    • Avatar commentaire
      Sonagnon Il y a 1 mois

      Savez vous ce qu’on appelle un parvenu???

      “Une personne qui a acquis une condition sociale supérieure sans en avoir pris les manière”.

      Ce n’est pas moi qui le dis, c’est le dictionnaire français.

      • Avatar commentaire
        Tundé Il y a 1 mois

        Vous pouvez aller lire aussi la définition d’un IDIOT . Ça correspond exactement  a votre personnalité…. votre raisonnnement de vendeuse d’Akassa finit par ruiner vos neurones …pauvre type 

  • Avatar commentaire
    Azanhouan Il y a 1 mois

    Pépé Ahouansou chez toi c’est jalousie Quand est-ce que le beninois du sud va-t-il se prendre au sérieux en collaborant avec son frère pour le développement du pays L’homme du sud Bénin devient un loup pour son frère

  • Avatar commentaire
    virgile Il y a 1 mois

    Professeur vos écrits sont nuls et de nuls effets. Il vaut mieux pour vous et pour nous jeunes de donner conseils et bons comportements moraux.
    Votre comportement est d’une autre époque que entendons laisser tomber au Bénin.