La Nouvelle Tribune

Angélique Kidjo raconte comment et pourquoi elle a fui le Bénin dans les années 80

Invitée de l’émission “A l’Affiche” de la chaîne de télévision France 24, Angélique Kidjo, la diva de la musique béninoise raconte pourquoi et comment elle a pris le chemin de l’exil dans les années 80.

La chanteuse béninoise a fait savoir qu’elle n’avait aucune sympathie pour le régime marxiste-léniniste du Général Mathieu Kérékou . Elle n’affectionnait pas non plus ses méthodes. « On ne peut pas parler librement, votre téléphone est sur écoute, il suffit qu’une phrase ne plaise pas au gouvernement et vous vous retrouvez en prison. Je ne voulais pas utiliser ma musique pour parler de cette idéologie » a déclaré Angélique Kidjo. Il fallait donc qu’elle prenne le chemin de l’exil. Mais cela n’a pas été facile puisqu’il a fallu planifier son départ pendant un an.

Quand le jour J est enfin venu, la chanteuse raconte qu’elle a suivi ses parents pour se rendre  au mariage d’une cousine qui habitait non loin de l’aéroport de Cotonou. Elle a introduit discrètement sa valise dans le coffre de la voiture de son père et sa tenue pour voyager dans un sac en plastique. Quand son père l’a déposé loin de la porte d’embarquement, il n’était pas sûr qu’elle allait passer la frontière pour prendre le vol d’Air France qui partait à 23 h 55 .

« Il m’a embrassé avec beaucoup d’émotion en me disant : je prie pour que tu passes la frontière » se souvient-elle. En effet, pour accéder à l’avion, il fallait passer une frontière tenue par « quelqu’un du sud et quelqu’un du  nord ».Le président étant à l’époque originaire du nord rien n’était joué d’avance. Heureusement confie-t-elle, «  j’ai trouvé un douanier qui était un pote à mes frères  et qui adorait la musique. Il m’a regardé et il a dit, disparaît, cours. J’ai couru, j’ai  couru, je suis rentré dans l’avion. Je pense que c’était l’une des dernières années ou on pouvait partir en France sans visa. Je me suis planquée sous un siège jusqu’à ce que l’avion décolle ».