La Nouvelle Tribune

Tanzanie : un élève meurt sous les coups de son instituteur

On a coutume de dire, qui aime bien, châtie bien. Il arrive fréquemment, que l’on privilégie le bâton, à la carotte dans certaines situations

Mais, il faut dans certains cas édulcorer au risque de se retrouver face à des situations dramatiques. Dans la plupart des établissements scolaires en Afrique, les châtiments corporels, sont assez fréquents. Les éducateurs, pour différentes raisons, peuvent être amenés à effectuer des châtiments corporels sur leurs élèves. Cependant, ces châtiments, s’ils vont trop loin, peuvent conduire à des drames. Tout récemment, en Tanzanie, Sperius Eradius, élève âgé de 13 ans, est malheureusement décédé.

Selon sa famille, il aurait succombé aux coups infligés par son maître d’école. Soupçonné d’avoir dérobé le sac d’une institutrice de l’école, Sperius Eradius, s’est fait bastonner par son instituteur.

Il faut dire, que la pratique du châtiment corporel, est répandue dans les écoles en Tanzanie, et le cas malheureux de Sperius Eradius, n’est pas un cas isolé. les autorités locales, des organisations de la société civile tanzanienne, et des ONG internationales, ont vivement condamné cet acte qu’ils ont jugé cruel. Ils appellent à des sanctions sévères,  contre les enseignants qui se rendent coupables d’actes criminels sur les élèves, afin que cela serve d’exemple.

Selon des travaux de l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch, la pratique du châtiment corporel dans les écoles en Tanzanie, a des répercussions significatives, sur le système scolaire, notamment en matière de fréquentation scolaire.