La Nouvelle Tribune

Après sa sanction, Serena Wiiliams reçoit un soutien de poids

Photo : Associated Press/Adam Hunger

Le Samedi dernier, a eu lieu la finale de l’US Open de tennis, dernier grand majeur de la saison. La finale a opposé la talentueuse Japonaise Naomi Osaka, à la superstar américaine, Serena Williams.

Les deux tenniswomen, avaient toutes les deux, la possibilité d’entrée dans l’histoire du tennis mondial. Osaka, pouvait devenir la première Japonaise à triompher à Flushing Meadows , et Williams pouvait décrocher un 24e titre du grand chelem. C’est finalement, Naomi Osaka, du haut de ses 20 ans, qui est sorti vainqueur du match. Elle a su mieux maîtriser ses nerfs, et jouer un excellent tennis, pour l’emporter.

Williams, quant à elle, est passé complètement à côté de sa finale. La faute peut être à certaines décisions de l’arbitre. En effet, pendant tout le match, à de nombreuses reprises, la star américaine a vivement contesté les décisions que l’arbitre a pris à son encontre.

Serena a reçu des avertissements et s’est plainte plusieurs fois. Elle a régulièrement déclaré à Carlos Ramos, qui officiait comme arbitre qu’elle n’est pas une tricheuse. Dès lors, la joueuse n’a plus su maîtriser ses nerfs et elle fût battu en deux manches (6-2, 6-4).

La WTA réagi

Cette finale, a beaucoup marqué les esprits. D’un côté, la jeune Naomi Osaka a joué un très bon tennis, et elle mérite largement sa victoire. De l’autre côté, on retiendra aussi les coups de sang de Serena Williams contre l’arbitre portugais, Carlos Ramos.

La Women’s Tennis Association (WTA), qui est l’organe qui s’occupe de réguler le tennis féminin, s’est prononcé dans un communiqué. La WTA, a notifié que les diverses sanctions prises contre Serena Williams, lors de la finale de Samedi, relèvent d’une différence notoire, dans la tolérance, face aux émotions exprimées par les hommes et les femmes

En tout cas, Williams a reçu le soutien de plusieurs tenniswomen, notamment de premier plan, comme l’ancienne joueuse et légendaire Billie Jean King et la Belarus, Victoria Azarenka.