La Nouvelle Tribune

Montée en puissance de la Chine en Afrique : la France augmente ses dons

Suite aux récentes dispositions prises par la Chine en faveur de l’Afrique, la France a annoncé vouloir quadrupler ses investissements sur le continent.

Une manière de répondre à la Chine ? En effet, à l’occasion du sommet sino-africain ayant récemment eu lieu à Pékin, le président chinois Xi Jinping a promis d’investir pas loin de 60 milliards de dollars en Afrique, afin d’aider le continent à se développer. Une annonce bienvenue par les 53 chefs d’État africains présents, qui ont fait preuve d’un certain enthousiasme en assurant toutefois que ces prêts à outrance n’allaient avoir aucun ou alors très peu d’impact sur l’économie puisque tout serait parfaitement maîtrisé.

La France décide de réagir aux dons chinois

De leur côté, les partenaires « historiques de l’Afrique » ont décidé de réagir. C’est notamment le cas de la France qui a décidé d’augmenter la part de ses dons au continent africain, l’objectif étant d’atteindre 0,55 % du RNB, Revenu National Brut, à l’horizon 2022, comme l’a récemment expliqué le ministre français de l’Europe et des affaires étrangères Jean-Yves le Drian au siège de l’Agence Française pour le Développement. 

Pour ce faire, l’AFD a décidé de se focaliser sur le « Tout Afrique ». Ainsi, finies les délimitations, l’Agence pour le Développement se focalisera sur le continent en général même si des choix assumés sont à attendre, notamment vers les pays pauvres et fragiles. La valeur des dons elle, quadruplera dès l’an prochain et passera de 300 millions à 1,3 milliard d’euros. Les secteurs les plus visés par cette évolution : L’éducation, la jeunesse, l’égalité femme-homme, la santé et la nutrition. 

La protection du climat ainsi que la biodiversité seront également au centre des débats. Une hausse des investissements entraînera donc une meilleure répartition, bien que l’enveloppe totale soit encore loin de l’objectif international défini, qui se situe à 0,7 % du RNB. Un objectif d’ores et déjà atteint par l’Allemagne et l’Angleterre.