Le célèbre réalisateur et producteur français Luc Besson est décidément dans de beaux draps. Visé par une plainte de l’artiste belgo-néerlandaise Sand Van Roy, il est confronté à une dizaine de témoins qui viennent conforter la thèse de viol soutenue par son accusatrice. Récemment, une lettre adressée au Procureur de la République de Paris vient davantage compliquer la situation du réalisateur du Grand Bleu.

Loading...

Cette lettre datée du 13 février dénonce une tentative de viol du réalisateur. L’auteure de la lettre en question dont l’identité n’a pas été révélée produit une pièce à conviction assez accablante pour le producteur français, même si elle ne peut plus porter plainte pour cause de prescription. L’actrice en question aurait rencontré le cinéaste dans le cadre d’un rôle pour le film Fanfan la Tulipe. Si la première rencontre qui s’est tenue à Los Angeles dans la chambre d’hôtel du producteur s’était plutôt bien passée, la deuxième l’a été bien moins.

« Il a essayé de me plaquer contre le mur »

Cette deuxième audience a eu lieu dans le bureau du producteur à Paris. L’actrice raconte que le producteur, après avoir fermé la porte du bureau s’était jeté sur elle de tout son poids : « Avec une rapidité telle, que je me souviens m’en être étonnée sur le moment, au vu de ce corps qui semblait si lourd (…) Il a essayé de me plaquer contre le mur et de m’embrasser de force ».

Elle raconte devoir son salut à sa prompte réaction : « Je me souviens d’avoir tourné la tête, et de m’être laissée tomber à terre, ce qui m’a permis de m’échapper à genoux, puis, une fois la porte passée, je suis sortie en courant afin de lui échapper. ».Ce énième témoignage apporte de l’eau au moulin des avocats de Sand Van Roy et aggrave davantage la situation du producteur français.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom