La Nouvelle Tribune

Bénin : Proposition de loi rectificative du code de l’information et de la communication

Au moment où les professionnels des média boudent l’institution en charge de la régulation des médias dans notre pays suite à la fermeture de certains organes de presse, des parlementaires murissent leurs réflexions pour faire de l’accès à l’information un droit pour tous.

C’est dans ce cadre que le premier vice-président de l’Assemblée nationale, Eric Houndété, a introduit une proposition de loi rectificative du code de l’information et de la communication en République du Bénin voté l’année dernière par le parlement 6è législature. En effet, cette proposition de loi a été déposée depuis quelques jours sur la table du président de l’Assemblée nationale. Elle sera probablement examinée aujourd’hui en commission des lois. En effet, selon l’auteur de cette proposition de loi, ce texte de loi rectificatif a été introduit pour renforcer le droit des béninois à l’information. Selon lui, le droit positif béninois actuellement en vigueur au Bénin n’offre que des possibilités d’accès relativement limités aux informations publiques et a surtout conduit les administrations à généraliser la pratique de documents confidentiels privant ainsi les citoyens de leurs droits d’accès à l’information publique. Cette situation constitue selon l’auteur de la question, un frein au renforcement de la culture démocratique, à l’exercice de la démocratie à la base, à la lutte contre la corruption, à la promotion de la transparence et de la bonne gouvernance, à la lutte contre la pauvreté, à l’établissement de la confiance entre gouvernants et gouvernés. Cette proposition de loi comporte 96 articles et vise à la jouissance effective et efficiente du droit à l’information publique