La Nouvelle Tribune

Fespaco 2017: Le Béninois Sylvestre Amoussou lève l’étalon d’argent de Yennenga

La 25ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), s’est achevée samedi 4 mars dernier, avec le sacre du cinéaste béninois Sylvestre Amoussou qui décroche le prix spécial de l’Assemblée nationale du Burkina Faso, et l’Etalon d’Argent de Yennenga. Ceci, derrière le Sénégalais Alain Gomis, qui part avec l’Etalon d’or, et devant le Marocain Saïd Khallaf, Etalon de Bronze.

Sylvestre Amoussou arrache une place dans le palmarès des Etalons de Yennenga. Il a fini à la deuxième marche de la 25ème édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadoudou (Fespaco), samedi 4 mars dernier, décrochant ainsi l’Etalon d’argent de Yennenga. C’est avec son long métrage anti-néocolonialiste économique «L'orage africain, un continent sous influence», où il raconte l’histoire du président africain du ‘’Tangara’’ Esso Ezo, qui subit avec succès, les représailles des multinationales pour avoir pris la courageuse décision de nationaliser les entreprises occidentales. Le réalisateur béninois reste ici toujours fidèle à sa ligne

Lire Cinéma : Sylvestre Amoussou sevré pour ses films de révoltes africaines

Il éveille la conscience des Africains montre une autre image de l’Afrique, différente de celles qui présentent le continent comme malade, un monde de misère, de pauvreté, de famine… « Il faut quand même que l’on essaie d’éveiller les consciences, de penser à l’avenir de notre continent et à celui l’avenir de nos enfants. Le continent africain est le continent qui nourrit toute la planète, bizarrement tout le monde converge vers ici, il n’y a que les Africains eux-mêmes qui ne voient pas qu’ils ont un continent riche.», déclare le réalisateur. «L’objectif est de changer l’image de mon continent, et de donner un peu d’espoir à la jeunesse africaine » a-t-il confié à Rfi.

Avant son Etalon, Sylvestre Amoussou a décroché avec le même film, le prix spécial de l’Assemblée nationale du Burkina Faso.

A noter que pour le compte des Etalons, l’or est allé au Sénégalais Alain Gomis, qui décroche pour la seconde fois l’Etalon d’or de Yennaga au Fespaco. En 2013, il l’a eu avec «Tey». Pour cette 25ème édition du Festival, il y est parvenu avec «Félicité». Le Bronze quand à lui, a été arraché par le Marocain Saïd Khallaf pour son film «A Mile in my shoes». Ci-dessous le Palmarès des prix « Etalon », et celui des prix spéciaux Fespaco 2017.

Palmarès des prix de l'Etalon de Yennnega

-Etalon d'or de Yennega: «Félicité» de Alain Gomis (Sénégal)

-Etalon d'argent de Yennega : « L'orage africain, un continent sous influence» de Sylvestre Amoussou (Bénin)

-Etalon de Bronze de Yennega : «A Mile in my shoes» de Saïd Khallaf (Maroc)

Les prix spéciaux

-Prix Sembène Ousmane (5 millions F Cfa + l’effigie en bronze de Sembene Ousmane) : ‘’Wulu’’ de Daouda Coulibaly (Mali)

-Prix de la Chance (2 millions F Cfa + trophée) : ‘’A Place For Myself’’ de Marie Clementine Dusabejambo (Rwanda)

-Prix de la ville De Ouaga (3 millions F Cfa + trophée) : ‘’La rue n’est pas ma mère’’ de Jerome Nabonswende Yaméogo (Burkina Faso)

-Prix santé et sécurité au travail (2 millions F Cfa + trophée + diplôme) : ‘’Bons baisers de Moruroa’’ de Larbi Benchiha (Algérie)

-Prix water aid pour l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement (5 millions + 1 trophée) : ‘’Le puits’’ de Latfi Bouchaichi (Algérie)

-Prix Thomas Sankara (3 millions F Cfa + attestations) : ‘’A Place For Myself’’ de Marie Clementine Dusabejambo (Rwanda)

-Prix Signis (2 millions + trophée + certificat) : ‘’The Lucky Specials’’ de Réa Rangaka (Afrique du Sud)

-Prix de la critique Cinématographique africaine (un diplôme) : ‘’A mile in my shoes’’ de Said Khallal (Maroc)

-Prix Spécial Assemblée nationale du Burkina Faso (7 000 000 F Cfa + trophée) : ‘’L’orage Africain – Un continent sous l’influence’’ de Sylvestre Amoussou (Bénin)

-Prix Unicef pour les droits de l’enfant (7 millions F Cfa + trophée) : ‘’La rue n’est pas ma mère’’ de Jérôme Nabonswende Yaméogo (Burkina Faso)

-Prix Cedeao de l’intégration (15 millions) ‘’Frontières’’ de Appoline Waye Traoré (Burina Faso)

-Prix Félix Houphouët–Boigny (10 millions + 1 trophée) : ‘’Frontières’’ de Appoline Waye Traoré (Burina Faso)