La Nouvelle Tribune

3è session extraordinaire au parlement: La session extraordinaire de tous les dangers

Tous les yeux sont rivés sur l’Assemblée nationale qui procède ce jour à l’ouverture de sa troisième session extraordinaire consacrée prioritairement et uniquement à la révision de la fondamentale du 11 décembre 1990.

A cet effet, les députés de la 7è législature ce retrouvent dès cet après-midi à l’hémicycle pour procéder à son ouverture. Deux dangers pointent à l’horizon ce jour. Le premier c’est que l’ouverture de cette troisième session extraordinaire de l’année coïncide avec l’arrivée ce jour au palais des gouverneurs du président de l’Assemblée nationale française, Claude Bartolone. A cette occasion, des menaces persistent du côté du monde syndical et de la société civile, qui ont annoncé pour dès hier soir une veillée nocturne sur l’esplanade extérieure de l’institution parlementaire jusqu’au petit matin.

Une image qu’ils entendent offrir à l’hôte du président Adrien Houngbédji, pour montrer leur mécontentement face au projet de révision de la constitution. Le second danger qui se profile à l’horizon est de savoir {accessText} si les honorables députés adhèreront à la procédure d’urgence demandée par le chef de l’Etat pour l’étude de ce dossier.

On observe depuis quelques jours des grincements de dents au sein des représentants du peuple. La plupart n’adhère pas à cette option de la procédure d’urgence. On apprend également que le lundi dernier, la conférence des présidents de l’Assemblée nationale s’est réunie aux fins de faire renoncer cette procédure au gouvernement. C’est dire que la troisième session extraordinaire qui s’ouvre aujourd’hui au parlement risque de tourner au vinaigre. Wait end see ! {/accessText}