La Nouvelle Tribune

Première session ordinaire 2017: Augustin Gbian attire l’attention de Talon sur l’importance du Ces

Les hauts conseillers de la République pour les affaires économiques et sociales ont clôturé, le jeudi 23 mars 2017, la première session ordinaire de l’année du Conseil économique et social (Ces).

Plusieurs dossiers ont été examinés et l’étude de trois sujets d’auto saisines, a été poursuivie. Occasion pour le président Augustin Tabé Gbian de plaider pour la non suppression de l’institution. C’est dans un contexte sociopolitique où le débat sur la révision de la constitution du 11 décembre 1990, cristallise les attentions, que le Conseil économique et social (Ces) a clôturé sa première session ordinaire de l’année.

Les hauts conseillers de la République pour les affaires économiques, se sentent particulièrement concernés par ce projet de révision, en ce sens qu’il suggère la suppression du titre 7 de la constitution, consacré au Conseil économique et social (Ces).

En clair, le projet de révision de la constitution envoyé au parlement supprime le Ces. Alors, le président Augustin Tabé Gbian a fait quelques observations pour rappeler l’importance de cette institution. Il a informé que de la France à la Russie en passant par la Chine, la Grèce, l’Italie, nombre de pays qui constituent des modèles en matière de pratique démocratique ont toujours compris qu’une institution qui regroupe en son sein, toutes les catégories socioprofessionnelles, peut constituer un des maillons importants dans tous les processus de développement socio-économique.

Le président Tabé Gbian a rappelé l’exemple du Maroc, qui dispose de cette institution, qui d’ailleurs, à travers son implication dans la réussite de l’organisation de la Cop21, a montré son importance.

Cette situation de suppression du Ces n’a pas empêché les hauts conseillers d’examiner plusieurs dossiers importants, au cours de cette session. Aussi, les hauts conseillers ont poursuivi, surtout en commissions, les travaux relatifs aux sujets d’auto saisine sur des problématiques aussi importantes que les enjeux de l’économie numérique, les impacts de la pollution des cours d’eau sur la biodiversité et la santé humaine, l’accès des personnes en situation de handicap au monde du travail.

Augustin Tabé Gbian a donc remercié les conseillers pour leur disponibilité et leur engagement, et a réaffirmé la détermination de la 5è mandature du Ces à accompagner les pouvoirs publics dans leur élan de développement