La Nouvelle Tribune

Rejet de la procédure d’urgence: Ce qu’il faut comprendre du vote des députés

Le vendredi 24 mars dernier, les députés ont voté à l’unanimité contre la procédure d’urgence demandée par le gouvernement pour étudier le projet de révision de la constitution.

Une réaction qui a tôt fait de rassurer les uns et les autres sur les intentions des députés. Mais à l’analyse, le vote émis paraît plus politique qu’autre chose, et ne dissipe pas toutes les inquiétudes. Un rejet voté à l’unanimité des 63 députés présents, on devrait s’en réjouir à voir le tollé suscité ces derniers jours-ci par le projet de loi. Et d’ailleurs, beaucoup de ceux qui, ces derniers jours se sont opposés au projet, ont poussé un ouf de soulagement en apprenant ce rejet.

« Une première victoire », se sont exclamés certains d’entre eux. Seulement voilà, le vote émis vendredi dernier à l’hémicycle mérite qu’on s’y attarde en profondeur pour faire quelques remarques.

D’abord on se rend compte que les 63 députés présents ont tous voté contre. Cette unanimité est bien suspecte. Est-ce à dire que les 63 députés pensent de la même manière et ont eu la même réaction par rapport au texte ? Pourquoi, en dépit du fait qu’il y a au sein de cet hémicycle des députés acquis à la cause du président de la république, aucun d’eux n’a voté pour la procédure d’urgence afin de faire montre de sa loyauté au président ?

On peut donc en déduire qu’il y a eu entre temps une consigne de vote qui a été donnée et a été suivie à la lettre. Plusieurs confidences recueillies la veille du vote et émanant de députés proches de la majorité présidentielle avaient déjà levé un coin de voile sur ce vote.

« Nous allons voter contre la procédure d’urgence pour baisser la tension », avait lâché un parlementaire très proche du pouvoir.

Ceci dit, non seulement ce vote montre bien la collusion entre les députés et le gouvernement sur ce sujet, mais {accessText} il permet aussi aux députés d’envoyer un message fort à l’opinion : celui selon lequel ils -les députés- entendent conduire le processus de révision de la constitution jusqu’au bout. Et d’ailleurs, ce qui s’observe depuis ce vendredi le confirme. A peine le vote du rejet fait, les députés sont presque tous allés en campagne pour la révision de la constitution.

Autant d’indices qui montrent que contrairement au souhait des pourfendeurs qui demandent le retrait de ce projet de loi, nos honorables tiennent à l’étudier, à l’amender et à le voter. Ce drôle d’engagement de la majorité des députés pour une révision de la constitution, en dépit de la contestation populaire a de quoi raviver les soupçons. A voir la manière dont les choses se sont passées, on est tenté de conclure que seules les agitations de ces derniers temps ont perturbé un peu les députés dans leur plan de voter en bloc le document envoyé par le gouvernement. Les chantres du rejet ont donc encore du boulot {/accessText}