La Nouvelle Tribune

Zeynab, l’élégance sans extravagance

Pas de folie de grandeur avec Zeynab Habib, la vedette de la musique béninoise aux talents reconnus par l’Unicef. Le public s’en est davantage convaincu à son dernier concert donné vendredi 15 octobre à l’Institut français du Bénin à Cotonou.

Contrairement à ce qui devient de plus en plus une règle avec les artistes musiciennes qui font dans l’extravagance vestimentaire à la recherche du buzz, Zeynab Habib apparaît comme une icône de la musique béninoise, résolument acquise pour la conservation et la valorisation de l’identité culturelle de son pays. Elle est apparue particulièrement charmante et élégante dans une tenue de confection locale qui a marqué plus d’un.

Lire aussi Humeur du temps : Artistes béninoises, ces ambassadrices de la dépigmentation!

Comme une véritable femme africaine, Zeynab est habillée en bomba moulant soigneusement confectionnée avec un pagne africain. Sur le pagne qu’elle a noué, la vedette, avait aussi fait le choix du « Atcho-oké », une bande de pagne tissée ceinturant sa taille et un « tabala », sorte de foulard traditionnelle ornant sa tête. Un ensemble, où le violet, le blanc, le gris et le noir communiquent et scintillent sous les feux doux de la régie. Elle n’est pas pour autant conservatrice aveuglée, avant cette apparition en tenue traditionnelle, Zeynab a fait la première partie de son concert, dans une longue robe noire à manche longue décemment fendue. Dans l’un ou l’autre des vêtements qu’elle a portés ce vendredi, le public a découvert une Zeynab toute aussi sexy, séduisante et talentueuse qui allie élégance scénique, élégance rythmique et vestimentaire.

« la beauté se trouve dans la simplicité »

Bien s’habiller est une question d’éducation chez l’artiste et ambassadrice nationale de l’Unicef.  « Je ne veux pas juger quelqu’un, mais si je dois parler de moi, c’est l’éducation que  j’ai reçue qui me pousse à m’habiller comme ça » a expliqué l’artiste interrogée après plus de deux heures de spectacle. Zeynab apprend qu’elle tient la décence vestimentaire de sa maman. « ma maman, c’est une femme très décente, elle ne s’est jamais dénudée. Quand elle sort, elle n’a jamais porté de vêtements étriqués ». Ma maman, ajoute la vedette béninoise « nous a appris à rester sobre, même pas de bijoux voyants ».  Une leçon de celle qui a donné vie à l’ambassadrice nationale de l’Unicef, « la beauté se trouve dans la simplicité ». Zeynab  sa fille dit que c’est la règle d’or dans sa vie.  Et c’est  ce qu’elle demande à ses jeunes sœurs dans « Bebeyiga » un de ses morceaux populaires

Autre article Le sexe, opium des femmes artistes au Bénin