La Nouvelle Tribune

Investiture de Talon : Trois mémorables actes pour la démocratie béninoise

Le Bénin, laboratoire de démocratie en Afrique. Cela s’est davantage confirmé ce mercredi 6 avril 2016, jours de l’investiture de Patrice Athanase Guillaume Talon, le nouveau Président démocratiquement élu du Bénin.

Ce petit pays d’Afrique de l’ouest qui a coutume d’étonner le monde, a encore enregistré des actes mémorables qui doivent faire tache d’huile sur le continent africain où on est plus habitué à des crises post-électorales destructrices.

Acte1 : la délicate alternance

En premier lieu, il y a l’alternance démocratique en soit. Bien que ce soit la quatrième alternance au pouvoir qu’enregistre le Bénin après son historique conférence nationale des forces vives de février 90, celle de ce 06 avril 2016 entre Boni Yayi, le Président sorti et Patrice Talon, le nouveau Président, est d’une  grande délicatesse. Les deux hommes pour rappel, se sont livré une guerre sans merci. L’homme d’affaire qui prend la tête du pays a été accusé par le régime sortant de tentative d’assassinat par empoisonnement du Président Boni Yayi. L’affaire, pendant des années, a défrayé la chronique jusqu’au-delà des frontières nationales. La presse nationale et internationale en a fait ses  choux gras. Plusieurs proches du magnat du coton béninois, y compris la nièce  du Président Yayi accusés de complicité ont été jetés en prison. S’en est fallu de peu pour le nouveau Président qui aura eu la baraka d’y échapper et de se retrouver en exil. Ce n’est qu’après d’infructueuses tentatives d’extradition de Paris à Cotonou que le régime de Boni Yayi dû renoncer à  travers une déclaration de « pardon » du chef de l’Etat à ses présumés « assassins ». Et ce n’est pas fini. Jusqu’à la veille du second du scrutin présidentiel, le combat de gladiateurs entre les deux hommes n’a pas cessé d’éprouver les nerfs. Des propos outrageants de Boni Yayi sur Patrice Talon et ses soutiens ont largement circulé sur les réseaux sociaux. De quoi faire craindre une crise post-électorale au Bénin. Mais ça n’est pas béninois. Et l’apocalypse annoncée  a cédé la place à la fête démocratique. Une telle alternance sans heurt entre un Président et son ennemi juré, le Bénin probable précurseur en la matière en Afrique, peut en fier.

Acte 2 : l’incroyable tête à tête, Yayi-Talon

Pour beaucoup c’était impossible. A la surprise générale, il a eu lieu. Le tête-à-tête entre Boni Yayi et Patrice Talon est le grand évènement de cette journée d’investiture. Le chef de l’Etat sorti a chaleureusement accueilli son successeur avec qui il a reçu des{accessText} honneurs militaires avant qu’ils ne se retirent à deux pour se dire  quoi, on ne sait.  Ce dialogue à huis-clôt entre les deux hommes a été précédé d’accolades et le Président Boni Yayi a offert « une bible » au nouveau chef de l’Etat.

Acte 3 : Lionel Zinsou et ses collègues à Porto-Novo

L’acte 3 des actes de démocrates des acteurs politiques béninois a été  enregistré au stade Charles de Gaulles à Porto-Novo dans la capitale où a  eu lieu la prestation de serment. Avec à leur tête Lionel Zinsou, le premier ministre et candidat malheureux battu par Patrice Talon au second tour de la présidentielle, plusieurs ministres du  dernier gouvernement de Boni Yayi ont marqué la cérémonie par leur présence effective. Le premier qui s’était déjà illustré en félicitant son challenger au soir du 20 mars, a encore échangé de vives salutations avec lui. Cette cérémonie très sobre sans chefs d’Etats des pays voisins, a cependant été rehaussée par la présence de toutes les grandes personnalités politiques du pays témoignant ainsi leur respect à la République{/accessText}