La Nouvelle Tribune

Bénin : Toute la vérité sur la réalisation de la traversée urbaine de Parakou

Depuis quelques jours, une folle rumeur enfle sur le non financement du projet relatif à l’aménagement et au bitumage de la traversée urbaine de Parakou. Elle fait distiller dans l’opinion que ce projet n’a reçu aucun financement.

Mais nos investigations prouvent le contraire. Le financement  est bel et bien bouclé. Les fonds y afférents sont bien disponibles et les travaux sont confiés à l’entreprise chinoise Sino hydro Corporation Limited sélectionnée par les bailleurs de fonds que sont la Bad et la Boad, suite à un appel d’offres international.

Les Parakois peuvent frotter les mains. Contrairement à ce qu’a dit un ministre du gouvernement Talon, le financement du projet de la traversée de Parakou est bouclé. La Bad a déjà décaissé 3 à 5 milliards de F CFA et la Boad 1,6 milliard de F Cfa au profit de ce projet. Les fonds sont directement virés dans le compte de la société chinoise. L’Etat béninois, sous l’ancien régime, à la date du 08 décembre 2015, a versé environ 2 milliards de F Cfa (plus précisément 1.964.793.389 F Cfa : quittance 007940-RGF) représentant une partie de sa contribution financière.

C’est dire que la réalisation de la traversée urbaine de Parakou ne devrait connaître aucun blocage. Les travaux sont fractionnés en deux lots. Au  niveau du lot1, la Bad contribue à hauteur de 46,48%, soit 9.230.715.098 F CFA HT. La contribution de la Boad est de l’ordre de 20,61%, soit 4.094.000.000 HT. L’Etat béninois apporte 32,91%, soit 6.711.095.685 TTC. Le délai de réalisation des travaux du lot1 évalués globalement à 19.859.541.950 HT est de 24 mois. Il s’agit d’une traversée de 11,75 Km.

Pour le lot2, la Bad apporte 55,34%, soit 5.304.577.984 F CFA HT; la BOAD 41,16%, soit 3.945.000.000 F CFA HT et le Bénin 3,5%, soit 60.453.695 F CFA TTC. Ici, il s’agit de la construction d’une voie de contournement de 5,05 Km. Le délai d’exécution des travaux évalués au total à 9.585.431.847 F CFA HT est de 18 mois.

CIRA est en charge de la mission de contrôle pour les deux lots.

Tout est donc mis en œuvre par {accessText}le régime sortant pour assurer l’aboutissement heureux de ce projet. Sa mise en œuvre se déroule donc normalement, le schéma de financement étant bien bouclé. Les bailleurs de fonds rassurent puisqu’ils ont déjà payé à l’entreprise les avances de démarrage. L’Etat béninois a également libéré une partie de sa contribution. Il n’y a donc pas de raison que les travaux soient bloqués ou n’avancent pas.

Si éventuellement les travaux connaissaient des difficultés, il revient aux structures compétentes de la République d’interpeller l’entreprise chinoise qui serait en train de traîner. Ne pas le faire et dire des contre vérités aux populations à la base n’est pas responsable. Tout se passe  comme si le régime actuel veut discréditer le gouvernement de Yayi et montrer aux populations qu’il n’a rien fait pour elles.

Le gouvernement doit verser le reste de la contrepartie de l’Etat. L’administration étant une continuité, il lui revient de faire avancer les travaux pour le bonheur des populations. La mairie et les populations de Parakou doivent aussi jouer leur partition en suivant de près l’évolution des travaux. L’une des priorités du moment devrait être la résolution de certains problèmes sociaux dont la réalisation de cette traversée qui tient beaucoup à cœur aux Parakois{/accessText}