La Nouvelle Tribune

Bénin : La compétitivité de l’or blanc préoccupe le gouvernement Talon

Le gouvernement vient de réaliser un grand défi dans sa volonté de rendre plus compétitif le coton béninois dans la sous région. Il a lancé hier jeudi 03 novembre à Ségbana le démarrage effectif de la campagne de commercialisation du coton graine au centre ville de Ségbana.

Les ministres de l’Agriculture et du Commerce, les maires du Borgou et de l’Alibori, le Dg de l’Aic ont tous honoré cette cérémonie de leur présence. C’est dans la liesse que les populations de Sègbana ont accueilli la bonne nouvelle du lancement de la campagne de {accessText}commercialisation du coton graine. Cette cérémonie qui marque le début de la commercialisation du coton graine a connu la présence effective des maires de Ségbana, de Parakou, de Dassa, de N'dali, des députés à l’Assemblée nationale, du préfet de l’Alibori Moussa Mohamadou, du Dg de l’Aic Mathieu Adjovi et des ministres de l’Agriculture Delphin Koudandé et du Commerce Lazare Sèhouéto. Dans son discours, ce dernier n’a pas manqué de saluer la détermination personnelle du Chef de l’Etat pour la réussite de cette filière. « Le coton béninois est de retour grâce à l’engagement et à l'esprit d'anticipation du Président Patrice Talon », a-t-il fait remarquer. « Sans tapage médiatique, on a emblavé plus et on va égrener plus. Alors avançons, battons-nous, notre pays le demande, notre peuple l'exige », conseille le ministre du commerce, lui aussi ancien ministre de l’Agriculture avant d’ajouter que : « l'objectif du Président Talon, c'est d'œuvrer pour la compétitivité de l'or blanc du Bénin dans la Sous-région.

Réaffirme l'engagement et la volonté du gouvernement, à tout mettre en œuvre pour une bonne campagne cotonnière les saisons prochaines ». Cette année, les prévisions ont été atteintes et même dépassées. La superficie emblavée est passée de 306808ha pour une production de 269173 tonnes la campagne précédente, à une superficie de 418279 ha pour 376000 tonnes estimés. Cette année, le prix du coton fixé à 260f le premier choix, payé aux producteurs. Et 210f pour le deuxième choix, payé aux producteurs. Pour ne pas accumuler des dettes encore, le gouvernement et l’Aic ont mobilisé 35 milliards auprès des égreneurs pour permettre aux producteurs d'être payés à temps. Sur les lieux, un tas de coton d'une productrice du nom de Adam Monirou a été mis sur le tonnage (259 kg) pesé pour procéder au lancement{/accessText}