La Nouvelle Tribune

Déguerpissement Glo-Djigbé : une pétition de 600 familles aux députés

Une pétition vient d’être adressée au président de l’Assemblée nationale par plus de six cent (600) chefs de ménages autochtones et acquéreurs, situés dans l’emprise aéroportuaire de Glo-Djigbé. Ils demandent à l’Assemblée nationale de plaider pour eux afin de repousser de deux kilomètres le domaine.

Par la voix de leur représentant, Robert Houénoukpo, au total 614 personnes ont transmis au président de l’Assemblée nationale, une pétition lui demandant de plaider pour repousser de deux kilomètres le domaine de l’aéroport afin de conserver le noyau familial, les espaces habités par les collectivités et l’histoire des villages de ces différentes localités citées ci-dessus, situé dans le périmètre déclaré de Glo-Djigbé.

Cette pétition a été rendue publique hier en plénière. Ainsi, conformément aux dispositions de l’article 122 et suivants du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, la pétition, sur demande du président de l’Assemblée nationale Me Adrien Houngbédji, a été inscrite à l’ordre, afin qu’un avis soit donné au représentant des pétitionnaires. Dans la pétition, les citoyens autochtones et acquéreurs habitants ces villages sus-cités, protestent contre le déguerpissement systématique de tous les résidants du périmètre aéroportuaire.

Aussi, se plaignent-ils, que leur relogement dans un autre village constituera une entrave à l’agrandissement harmonieux de leur noyau familial. C’est pour cette raison qu’ils suggèrent, afin de régler cette situation, de repousser le domaine de l’aéroport de deux kilomètres à partir de la route nationale inter-état numéro 2, une distance exigée lors des enquêtes comodo et incomodo de 2005. Ceci dans le souci de maintenir en place d’une part les collectivités, et sauvegarder d’autre part les habitations et l’histoire des villages pour la prospérité.

Précisions que ce dossier a été confié à la commission du plan présidée par l’honorable Jean-Michel Abimbola, au fond pour examen