La Nouvelle Tribune

Me Salami Ibrahim après la promulgation de la loi sur le médiateur

Ca aurait l’avantage de maintenir le régime d’incompatibilité sans les dispositions concernant un membre de parti politique. Dans tous les cas, il faut que l’Assemblée nationale fasse la relecture de la loi. « Certes c’est du droit du président de la République, mais il faut faire la différence entre ce qui est juridiquement acceptable et ce qui est politiquement souhaitable » a-t-il ajouté. Face à cette situation, les parlementaires peuvent désormais se braquer contre cette loi puisqu’elle a été amputée sans qu’ils ne soient consultés au préalable. Mais ce qui est possible c’est que les parlementaires peuvent toujours modifier à tout moment cette loi et y mettre ce qu’ils veulent.

Ismail Kèko