La Nouvelle Tribune

La politisation de l’administration connaît plus d’ampleur

Avec cette cumulation de responsabilités, on se demande s’il peut avoir la hauteur d’esprit nécessaire pour traiter ses administrés de la même manière qu’il soit de son bord politique ou non. On connaît le zèle qui anime la plupart des préfets nommés sous l’ère du changement face aux militants de l’opposition. On ne devrait donc pas s’attendre à autre chose de la part du maire facilitateur. Toutes ces manœuvres ne concourent en rien au développement de la Nation tant claironné. Mais plutôt à une aliénation qui détruit davantage le peu d’acquis existant. Changer de fusil d’épaule serait la meilleure option à faire pour donner une petite chance aux Béninois.

Georges Akpo