La Nouvelle Tribune

L’Uak et l’Uncuma optent pour la révolution agricole

L’Université d’agriculture de Kétou (Uak) et l’Union nationale des Coopératives d’utilisation des matériels agricoles (Un Cuma-Bénin) organisent depuis hier un colloque international sur les coopératives d’utilisation des matériels agricoles.

Ledit colloque lancé, hier à Hôtel les résidences Céline de Kétou, Encourager une coopération sud-sud entre les OP et les coopératives ouest-africaines. Une centaine de personnes prennent part depuis hier à Kétou, à un colloque international sur les coopératives d’utilisation des matériels agricoles. Venus du Ghana, du Nigeria, du Kénya, du Tchad, de la France, de la Belgique, de l’Italie, du Niger et du Bénin, les participants à ce colloque sont venus réfléchir sur le thème «Quelle place pour les coopératives dans la politique de mécanisation agricole? Le réseau CUMA du Bénin: une expérience originale en Afrique de l’Ouest». Représentants pour la plupart de l’Union européenne, du Cuma France,  d’AgriPro Focus et de  la FARM, ces participants sont des Universitaires, Professionnels, divers associations intervenants dans la mécanisation agricoles. Organisé par Université d’Agriculture de Kétou (Uak) et l’Union nationale des Coopératives d’utilisation des matériels agricoles Un Cuma-Bénin avec l’appui financier du Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao), ce colloque de trois jours prend fin demain.

Il entend développer une vision commune et des engagements parmi les acteurs régionaux et sous régionaux qui permettront de promouvoir le rôle des coopératives agricoles dans les politiques de mécanisation de l’agriculture familiale afin d’éradiquer la pauvreté et l’insécurité alimentaire. Au cours de ce colloque, les participants vont échanger pour le renouvellement de l’engagement commun pour renforcer les capacités institutionnelles, organisationnelles et humaines  en vue du développement des coopératives. C’est aussi une occasion de partager les leçons tirées des pratiques innovantes et prometteuses en matière de développement des coopératives et de trouver les mécanismes pour intensifier le soutien aux gouvernements, aux acteurs non-gouvernementaux et aux partenaires du développement. Il s’agit aussi d’encourager une coopération sud-sud entre les OP et les coopératives ouest-africaines.

Matériels agricoles adaptés

Prenant la parole à l’ouverture de ce colloque, Jean -Pierre Babatoundé maire de la commune de Kétou, a rappelé que sa commune «à vocation essentiellement agricole s’est déjà engagée dans la même dynamique que le présent colloque auquel nous souhaitons un résultat concret allant dans le sens de l’amélioration des conditions de travail des populations paysannes du Bénin».  Et le Recteur de l’Université d’agriculture de Kétou souligne la thématique de ce colloque est pertinente pour le Bénin et pour l’Afrique. C’est pourquoi, il invite les participants à réfléchir et voir les moyens pour disséminer l’expérience de Cuma du Bénin,  améliorer le système et amplifier l’expérience CUMA. Pour sa part, le représentant résident de la FAO  Dr. Tiémoko Yo a relevé qu’avec l’accélération de l’urbanisation, 70 pour cent des populations vivront dans les villes rendant encore plus exigeantes la tâche qui reviendra aux agriculteurs africains. Ils devront produire 3 fois plus de nourriture alors qu’ils seront deux fois moins nombreux qu’aujourd’hui.

Ceci «nous montre que l’agriculture africaine doit nécessairement faire sa mutation si elle veut s’adapter et gagner les paris de demain». C’est alors que Salifou Saïdou, directeur de cabinet du vice-premier ministre chargé de l’Enseignement Supérieur insiste sur le fait que l’utilisation des matériels agricoles adaptés aux conditions de culture  dans les différentes zones agro-écologiques permet aux producteurs  et aux agro-transformateurs de contribuer positivement à la sécurité alimentaire et à la consolidation des revenus des paysans. Et en organisant ce colloque parrainé par le vice- premier ministre et le ministre de l’agriculture, l’Uak et l’Un Cuma apportent ainsi leurs contributions à l’atteinte du premier des objectifs du millénaire pour le développement.