La Nouvelle Tribune

Professeur Adjanohoun, le premier botaniste africain n’est plus

La légende de la Botanique et de l’Ethnobotanique d’Afrique tropicale, Professeur Emérite Edouard Joshua Adjanohoun a rendu l’âme le 16 janvier dernier en France où il sera inhumé samedi prochain.

Grand départ dans le rang des scientifiques et des universitaires en général. Le premier botaniste noir, premier recteur de l’université du Dahomey aujourd’hui Université d’Abomey-Calavi (Uac), a tiré sa révérence samedi 16 janvier 2016 à Bruges en France. Le Professeur Emérite Edouard Joshua Adjanohoun s’en est allé dans sa 88ème année laissant derrière lui, plusieurs générations de scientifiques dans le monde. Né le 5 novembre 1928 à Ouidah au Bénin, il a été un scientifique d’un parcours exceptionnel qui, d’après les témoignages des universitaires, a saisi très tôt la nécessité de former des cadres non seulement chez lui au Bénin mais aussi dans plusieurs pays d’Afrique et d’Europe. Un parcours qui, outre la transmission du savoir, le rend immortel dans l’arène des recherches et de l’enseignement supérieur avec plus de 200 travaux scientifiques publiés dans les domaines de la botanique, de l’ethnobotanique, de l’écologie végétale, de la phytosociologie, de la gestion et de la conservation des ressources phytogénétiques, selon les statistiques de 2007.

C’est en reconnaissance de la personnalité scientifique qu’il est, du pionnier pour le développement l’unité universitaire au Bénin qu’il a été et de son empreinte dans la vie scientifique d’autres pays, que l’Uac lui a rendu des hommages mérités à travers l’organisation d’ un symposium scientifique de trois jours en septembre 2012. Ce rendez-vous scientifique international a permis de raconter l’histoire qui témoigne de ce que ce Professeur Emérite de l’Université Michel de Montaigne – Bordeaux III est l’homme à qui « le Bénin doit son rayonnement intellectuel et scientifique de tous les temps, notamment, dans les domaines de la botanique et de l’écologie végétale, de l’ethnobotanique, de la gestion et de la conservation des ressources phytogénétiques ». C’est pourquoi l’entrée centrale et principale de l’Uac est désormais baptisée “Boulevard Edouard Adjanohoun’’. Le bâtiment du Rectorat et le Jardin Botanique et Zoologique de l’Université portent également son nom.

L’inhumation de l’illustre disparu est prévue pour samedi prochain, 23 janvier 2016 au nouveau cimetière Bois Gramont après une messe en l’église Saint- Martin d’Eysines en France. Paix à son âme !