La Nouvelle Tribune

Diminution de l’espérance de vie: La conséquence d’une alimentation malsaine et déséquilibrée

La plupart des béninois meurent jeunes. Hypertension, crise cardiaque et diabète sont des maladies qui se manifestent très tôt au sein de la population. Ces maladies dites chroniques peuvent être évitées grâce à une alimentation saine et équilibrée.

Les béninois contractent très tôt des maladies qui sont connues pour n’apparaître qu’à un âge avancé. L’espérance de vie est plus faible qu’il ne devrait. Chez certains, ces maladies sont héréditaires mais pour la majorité de la population, les causes sont entre autres la pollution, une mauvaise hygiène ou de mauvaises habitudes alimentaires.

Une mauvaise alimentation tue à petit feu

La plupart des maladies chroniques sont dues à de mauvaises habitudes alimentaires. Le peuple béninois se nourrit avec beaucoup plus de graisse, de sucres et de protéines qu’il ne devrait. Il consomme moins de céréales, de fruits et de légumes qu’il ne faudrait par jour.  

Les matières grasses, sucres et protéines que l’on retrouve dans les huiles, les graisses animales, la mayonnaise, le beurre, les boissons alcoolisés, et les viandes rouges doivent être consommés en petites quantités. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande une cuillérée à soupe d’huile par jour mais nous faisons le contraire. Il a mis en place une pyramide alimentaire qui renseigne sur la quantité normale des différents aliments que chaque homme doit consommer par jour et une étude a montré que les béninois ont renversé la pyramide et consomment en grande quantité ce qu’ils devraient consommer en faible quantité, explique Franck, étudiant en médecine. L’organisme humain utilise la quantité de nutriments dont il a besoin et le surplus constitue un stock et engendre des maladies qui évoluent lentement et se prolongent.

Des conséquences fatales

L’accumulation de matières inutiles dans notre organisme bouche nos veines et empêche notre sang de bien circuler. La mauvaise circulation sanguine est la cause de plusieurs maladies au nombre desquelles figurent l’hypertension et le diabète. Le cœur fournit beaucoup d’efforts et les maladies cardiovasculaires apparaissent. Chaque excès dans l’organisme provoque un problème de santé. L’excès de sucre dans l’organisme cause le diabète, l’éjaculation précoce, les faiblesses sexuelles, les troubles menstruels, et les fibromes, ajoute Franck, une trop grande quantité de protéines cause l’obésité, des problèmes respiratoires, la faiblesse des os, des problèmes de concentration et de réflexion, et l’hémorroïde. Une consommation trop importante de graisses et de sucres bouche nos veines, nos cellules ne sont pas nourries, elles meurent et ne se régénèrent pas et quand nous perdons trop de cellules, notre organisme meurt. La perte de cellules engendre la mort de l’organisme et s’avère fatale. Mais ces problèmes de santé peuvent être évités grâce à une bonne alimentation.

La solution parait simple

Il est nécessaire de savoir quels comportements adopter pour prolonger l’espérance vie. La population béninoise ne connait pas l’origine des maux dont elle souffre. Il lui faut des séances d’informations et de sensibilisation. Normalement, la pyramide alimentaire devrait être enseignée aux enfants dès le primaire. S’ils sont informés, ils pourront prévenir le mal, si on veut que les béninois vivent longtemps, il faut leur expliquer clairement la situation, en n’omettant aucun détail, suggère Franck. La population devrait consommer des aliments bios, sans produits chimiques.

Les engrais chimiques détruisent les nutriments contenus dans les aliments et déversent dans notre organisme des toxines, il est conseillé de les éviter au maximum. Les fruits et légumes facilitent la digestion, purifient l’organisme, nourrissent les cellules visuelles, et protègent les cellules contre les attaques extérieures, les spécialistes conseillent d’en consommer au moins cinq par jour. La viande, en particulier la viande rouge est fortement déconseillée, il faut leur préférer les viandes blanches telles que la viande de poulet et celle de lapin. Les céréales complètes (mais, soja, blé, riz) doivent être consommées en grande quantité, conclut Franck.