La Nouvelle Tribune

Recherche rizicole en Afrique: « RiceAdvice », un outil pour renforcer les capacités des producteurs

Il s’est tenu le mardi 21 février 2017, à l’Institut international d’agriculture tropicale (Iita) à Abomey-Calavi, la réunion marquant la clôture du projet « Dissémination de l’outil de gestion et de décision pour l’amélioration du riz et créer l’emploi des jeunes au Mali et au Nigéria ».

Cette rencontre vise à partager avec les partenaires les résultats obtenus pour une bonne appropriation de ces acquis. 

ans le souci de mieux outiller les producteurs de riz dans leurs pratiques culturales, la société ‘’AfricaRice’’ a initié le projet « Dissémination de l’outil de gestion et de décision pour amélioration du riz et créer l’emploi des jeunes au Mali et au Nigéria ». La clôture de ce projet s’est déroulée, hier mardi 21 février 2017, à la faveur d’une réunion à l’Institut international d’agriculture tropicale (Iita) à Abomey-Calavi. Le choix est porté sur ces pays parce que sa jeunesse subit les affres du chômage et de sous-emploi, à cause des actes de terrorisme.  

L’outil de gestion de fertilisation du riz qu’ ‘’AfricaRice’’ a fait connaitre aux producteurs est dénommé « RiceAdvice ». Le projet vise à renforcer les capacités des producteurs, afin qu’ils puissent jouir de leurs efforts. Honorant de sa présence à la clôture dudit projet, l’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon, Kiyofumi Konishi a fait savoir que la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté dans les pays africains passent par le développement du secteur agricole.

« C’est dans ce cadre que le Japon a confié à ‘’AfricaRice’’ 1, 800 000 millions de dollars pour ce projet », a-t-il annoncé.

Il estime que si rien n’est fait dans ces régions, ces jeunes risquent de devenir une cible privilégiée pour les mouvements terroristes-extrémistes.

Rendre le rendement des producteurs meilleur

L’Ambassadeur est convaincu que le logiciel « RiceAdvice » inventé par les chercheurs d’AfricaRice, a contribué à augmenter la production de riz dans ces deux pays. Prenant la parole, l’assistant de recherche Ahouanton Kokou, a expliqué que si le producteur applique correctement les bonnes pratiques agricoles ajoutées à cette gestion de fertilisation, il peut augmenter son rendement environ de 20%. Dans la phase du projet, il a témoigné qu’au Mali 2 000 producteurs ont été touchés et 1 700 au Nigéria.

« Nous avons invité les partenaires à cette réunion, pour qu’ensemble nous puissions partager les résultats obtenus », a-t-il ajouté.

Ce faisant, nous aurons les moyens dont il faut disposer pour continuer ce projet a laissé entendre Ahouanton Kokou. Il faut souligner que le coordonnateur du projet est le Docteur Kazuki Saito