La Nouvelle Tribune

Bénin : La phase répressive du déguerpissement lancée à Aplahoué et Kandi

L’opération de libération de l’espace public est rentrée dans sa phase répressive. Elle est enclenchée dans l’arrondissement d’Azové en présence du préfet du département du Couffo, Christophe Mègbédji.

Aucune infrastructure érigée sous l’emprise des voies publiques n’a échappé à l’action de la dessoucheuse. La débandade était à son comble dans les rangs des incrédules de cette opération de libération de l’espace public. A en croire le préfet Christophe Mègbédji, après plus de deux mois de sensibilisation, il faut passer à l’action. Il a profité de l’occasion pour saluer le sens de responsabilité des citoyens qui ont libéré d’eux même et sans la force publique les domaines publics illégalement occupés.

Le préfet a rappelé que l’opération va aider la mairie d’Aplahoué dans la mise œuvre de son plan de lotissement. Cette phase répressive qui se fait a visage humain prend en compte les quinze (15) mètres de la ligne médiane qui sont libérés pour le moment de part et d’autre de la voie nationale ou celle inter-états.

Kandi : La démolition des bâtiments érigés sur le domaine public effectif ce jeudi 

Ce jeudi 9 mars 2017, a démarré dans la commune de Kandi, la destruction des boutiques et autres bâtiments érigés sur le domaine public. « il n’y aura pas de grâce, ni de favoritisme » a déclaré le préfet de l’Alibori. Mouhamadou Moussa a félicité au passage les occupants qui ont libéré l’espace public d’eux même et en appelle au respect de la force publique.

Le préfet relève que  devant la puissance publique, personne ne peut résister. Il a mis un accent sur le bien fondé de l’opération de libération des espaces publics.  « Si le chef de l’Etat a voulu de cette opération, c’est pour qu’on sécurise davantage ses concitoyens. Donc nous devons profiter de cette occasion pour que l’opération se déroule dans de très bonne condition » a soutenu ce dernier, avant de rappeler à ceux qui hésitent, qu’il n’y a pas de copinage dans cette histoire.

« Nous avons l’obligation de mettre en œuvre les actions de l’Etat central. Nous invitons tous nos concitoyens et tous nos parents de Kandi de faire en sorte que les habitations érigées illégalement sur le domaine public soient vraiment enlevées » a martelé le préfet Mouhamadou Moussa.