La Nouvelle Tribune

Congo - Brazzaville : expulsion de congolais vers la RDC

Deux peuples frères incapables de s’accepter et de cohabiter. C’est ce qu’on peut dire des Congolais du Congo Brazzaville et des Congolais de la République Démocratique du Congo (Rdc).

Accusés de séjourner de façon irrégulière dans le pays et soupçonnés de banditisme, plus de 1 300 Congolais de la RDC ont été expulsés du Congo Brazzaville en avril 2014.

En réaction à cette expulsion dramatique, le ton est monté à Kinshasa.  La nouvelle société civile exige des autorités de Kinshasa une réponse proportionnelle au tort qui est causé aux leurs en demandant une expulsion des ressortissants du Congo-Brazzaville vivant  irrégulièrement sur le territoire de la Rdc. La nouvelle société civile a officiellement porté sa doléance aux  autorités de Kinshasa au cours d’une conférence de presse tenue dans la capitale de la Rdc ce samedi.

Expulsion des ressortissants de la RDC du Congo Brazzaville : un drame humain

Le gouvernement de la Rdc qui jusque-là, n’a  pas encore donné la réponse du berger à la bergère a été sommé de réagir immédiatement pour laver cet affront qui leur est fait chez leur voisin.  Mais ceci, dans le strict respect des droits humains, selon le président de  la nouvelle société civile,  Jonas Tshiombela qui déclare « Nous ne demandons pas à ce que notre gouvernement viole les droits. Mais tous ces Congolais qui sont sur notre sol dans des conditions d’irrégularité, qu’ils soient reconduits immédiatement à la frontière. Il n’y a même pas d’explication à leur donner. Nous sommes inquiets, nous ne sommes pas protégés. Voilà pourquoi nous dénonçons la passivité de notre gouvernement ».

Sans attendre

Ayant le feu aux fesses et se voyant très menacés par la situation qui se dégrade davantage, les ressortissants du Congo Brazzaville vivants en Rdc n’attendent pas la réponse du gouvernement de RDC. Ils, en majorité des étudiants du Congo-Brazzaville réclament leur rapatriement dans leur pays avant que les choses ne dégénèrent. Selon des sources officielles, environ  500 ressortissants du Congo-Brazzaville sont déjà rentrés chez eux dès samedi.

« La gifle des aînés »

L’expulsion de Congolais de Brazzaville ne s’est pas faite {accessText}de manière catholique. La Voix des sans voix, une Ong de défense des droits de l'homme à Kinshasa dénonce une expulsion « barbare »  ordonnée par les autorités du Congo-Brazzaville. Cette expulsion dénommée la « Mbata ya bakolo » « La gifle des aînés », en lingala lancée en avril par les forces congolaises de sécurité, selon l’Ong la Voix des sans voix a été menée en violation flagrante des droits de la personne humaine. « Il y a des gens qui ont subi des tortures, des viols, des extorsions de biens et des brimades » a indiqué Lorette Misenga Kalubi, la chargée de communication de l’Ong qui apprend que les échanges diplomatiques entre les deux pays n’ont pu mettre fin à l’expulsion qui continue.

Intégration africaine mise à mal

Cette haine entre des populations sœurs de pays voisins ramène en surface les problèmes qui entravent une réelle intégration entre les pays africains. Des Africains sont étrangers l’un pour l’autre et se regardent en chiens de faïence. La libre circulation des personnes et des biens prônées dans les instances sous régionales n’est que réelle dans les discours et les rencontres qui se terminent autour des dîners de gala entre présidents qui se retrouvent pour bavarder et parler de tout  et visiblement sauf de ce qui fera progresser le continent. Au même moment où des Africains sont expulsés de pays africains, voir interdits d’y pénétrer, des occidentaux  y viennent et vont comme bon leur semble. A quand une réelle prise de conscience de la nécessité de la fraternité entre Africains ?{/accessText}