La Nouvelle Tribune

Libération d'officiers détenus arbitrairement parfois depuis un an

D'autres militaires, qui avaient été accusés de tentative de coup d'Etat en 2009, ont également recouvré la liberté, tel David Sylla.

Ces militaires soussous (ethnie du défunt président Conté) n'avaient pas été entendus par un juge depuis leur arrestation. Ils étaient restés détenus d'abord au camp Alpha Yaya Diallo, siège de la junte, puis sur l'île de Kassa, avant d'être transférés, après le 3 décembre, à la maison centrale de Conakry.
(le monde)