La Nouvelle Tribune

Denis Oba Chabi/député Fcbe


Certains pensent qu’il s’agit d’un problème de financement, parce que ce n’était pas prévu dans le budget exercice 2009. Cela empêche davantage les communes d’entrer dans leurs prérogatives.
Il ne faut pas que les gens fassent de l’amalgame. Je disais que le Togo qui est à côté n’est pas plus peuplé que le Bénin et n’a pas notre budget. Dire que les problèmes de financement se poseront n’est pas vrai. Et si c’était le cas, nous sommes mal placés pour en parler. Ce sont les cadres du ministère des Finances qui peuvent en répondre. S’ils disent qu’il n’y a pas les moyens, on continuera avec les six départements. Et, on sera en train de souffrir politiquement et administrativement. Comment imaginer que pour régler des problèmes mineurs, il faut parcourir des kilomètres ? Pour régler des problèmes administratifs, nous devons parcourir au plus 50 kilomètres.

*Venons-en à votre famille politique, la Fcbe. Comment se porte-elle aujourd’hui ?
La Fcbe est la structure politique la mieux portante aujourd’hui, quoi qu’on dise. Depuis qu’elle est née, nous n’enregistrons que des entrées. Les sorties sont rares. Nous pratiquons la politique des additions et des multiplications. Même les quelques sorties qu’il y a eu ces derniers temps, c’était pour marquer leur opposition par rapport à la manière de gérer les hommes. Cela n’a rien à voir avec le président de la République et la réalité de ce que nous vivons. Je suis certain que ceux-là vont revenir au bercail.

*Parlons d’une de vos dernières recrues, Mathias Gbèdan, maire de Sèmè-Podji. Est-ce que cela ne pose pas un problème d’éthique ?
-Je ne veux pas trop en parler. Mais, nous sommes en politique. La politique est un jeu d’intérêts. Gbèdan est un cadre du Prd. Il a pratiqué ce parti pendant un moment. Il sait ce qu’est la politique. S’il a été amené à changer de position, cela veut dire que politiquement, il y a quelque chose qui ne va pas qu’il veut corriger. Je ne pense pas qu’il soit une mauvaise chose. Je pense que c’est pour cela qu’il est avec nous. C’est ce que le Prd fait que nous faisons et c’est ce que la Rb fait aussi. On ne se cache rien.

*Parlons alors de la Rb. Qu’est-ce que cela vous dit aujourd’hui ?
Par rapport à la Rb, elle est restée sur sa ligne. Rien qu’à écouter les déclarations, elle dit qu’elle est toujours G4. Dans ce groupe, il y a des dysfonctionnements, des malaises. Il faut en parler pour corriger. Le fait qu’Epiphane Quenum ait parlé, beaucoup de choses vont s’arranger. Bref, je crois que tout se passe bien. Il ne faut pas crier au loup, alors qu’il n’est pas dans la bergerie.q

Propos recueillis par Jules Yaovi Maoussi et Benoît Mètonou