La Nouvelle Tribune

Industriel, agricole, boxeur …

La boxe béninoise n’a plus de mauvais jours devant elle. Il s’est laissé découvrir la semaine dernière le plus nostalgique des admirateurs du défunt pugiliste béninois, le célèbre Sowéto. Les Béninois croyaient avoir fini de dénombrer les ministres de la république mal casés. Hélas non ! En coach de son chauffeur et de son garde du corps armé, il a savouré la bastonnade en pleine chaussée de deux « écrivaillons », comme aima à les appeler le patriarche de l’hôtel de ville de Cotonou. On le savait industriel puis agricole ;

on le savait aussi compétent pour servir à brouiller les cartes de surfacturation des tracteurs et des essoucheuses de la « révolution verte ». Désormais, il dispose de références pour être agent de « militaire boxeur ». Aux paysans d’Adja-Ouèrè, avis !