La Nouvelle Tribune

A l’heure du patriotisme !

Il en est que l’on aurait pu taxer, pour rester dans l’air du temps, de vieille classe patriote. Eux, plus d’une fois, au vu et au su de tous, ont eu à renoncer à leur rémunération de haut fonctionnaire d’Etat. Mais leurs imitateurs du temps du changement, au moyen de syndicats jaunes, firent l’option de travailler sans réclamer le sou et de laisser l’Etat leur devoir.  Contrairement à la vieille classe syndicale. Mais quand vient l’heure de la distribution de la manne arrachée l’employeur, les patriotes en profitent autant que les apatrides abonnés aux grèves. Et contrairement à la vieille classe patriote, à l’heure du patriotisme, les nouveaux patriotes se confondent aux apatrides.