La Nouvelle Tribune

Rupture …

Réputé fin technocrate, un super ministre béninois, étranger devant les hommes à la « politique politicienne », alors qu’il prenait la tête d’un parti il y a quelques jours, l’a présenté comme celui de la rupture. Les bons observateurs ont ainsi eu l’occasion de se convaincre que le dernier chef de parti béninois, a toujours été un homme de rupture. Défenseur en chef du gouvernement dans la gestion douteuse des frais de l’escorte, il avait rompu avec la crédibilité ; vendeur en chef de sociétés d’Etat contre rien, il avait rompu avec le patriotisme ; refusant de recevoir les agents de santé en grève à son cabinet, il avait rompu avec le dialogue social. Prenant aujourd’hui la tête d’un club électoral, il rompt avec sa réputation de non courtisan. Reste encore un pas à faire : rompre avec son chef !?