La Nouvelle Tribune

Bénin : et si on dissolvait la Fédération et recommençait tout à zéro ?

Le  football béninois n’est-il pas en train de sombrer à nouveau dans la  crise? Tout porte à le croire avec les réactions qu’on observe depuis quelques temps entre la  Fédération béninoise de football (Fbf) et le Ministère de la jeunesse des sports et des loisirs ( Mjsl). Avec tout ce remue-ménage, le Président de la République ne peut-il pas prendre la sage décision de mettre fin aux désordres?

Les  acteurs du  football béninois ne finissent pas d’étonner  la famille sportive.  Depuis  la sortie du ministre de la jeunesse des sports et des loisirs, Safiou Idrissou Affo,  vendredi 27 février dernier à Parakou lors de la clôture du tournoi des jeunes organisé par l’Office béninois des sports scolaires et universitaires (Obsu), sur la gestion calamiteuse du football béninois, on  note de la part de certains responsables de la Fédération béninoise (Fbf)  des réponses assez osées adressées à une autorité qui ne fait que dire tout haut ce que la majorité des béninois pense certainement tout bas.

Lorsque le ministre  Affo a déclaré qu’ « aujourd’hui notre football est gangrené par la corruption, l’affairisme, les passes droits  et les  trafics d’influence», n’a –t-il  pas raison de le dire ainsi? Au lieu de démonter point  par point les propos du ministre  des sports, ils se contentent  de sortir deux communiqués pour répondre à la première autorité du sport béninois. Le Secrétaire général  de  la Fbf, Bruno Dossou doit apporter  des arguments solides et convaincants  pour battre en brèche  les  affirmations du ministre Safiou Affo.

Au contraire, il a fait savoir dans un communiqué de presse datant du 05 mars 2015 que la Fédération se réserve «le droit  de réagir face aux allégations du ministre à travers une conférence de presse dans les tous prochains jours» et la Direction de la Communication dans un autre communiqué non daté et non signé de «revenir en  détail sur les points d’allégations et accusations sans fondement du Ministre Safiou Affo». De  quelles allégations parlent-ils? De plus, on se souvient qu’il  y a  quelques  mois, lors de l’une de la sortie médiatique de l’Association «Elites pour le Sport » que préside le Procureur Apollinaire Dassi, les membres ont révélé que «la gangrène de notre football peut se circonscrire au bureau du comité exécutif de la Fbf » et celui qui fait obstacle à la réconciliation est le Président de la Fbf, Augustin Ahouanvoébla. Ils ont été rejoints dans leur argumentation par le premier responsable du club phare de Sèmè-Podji et également l’un des vice-présidents de la Fbf et chargé du marketing qui a reconnu que rien « ne va à l’interne».

Agir maintenant !

Après les constats, le ministre Safiou Idrissou Affo doit passer aux actes et rentrer dans l’histoire en prenant langue avec la CAF et la FIFA. Le Président de la  République, Boni Yayi a un rôle prépondérant à jouer dans  la résolution de la crise. Il  doit donc prendre ses responsabilités en mettant fin à la pagaille.  Il faut rappeler que l’Association «  Elites pour le Sport»  avait  proposé la création d’une Commission d’Enquête pour clarifier les raisons de la suspension du Bénin et situer les responsabilités. Pour cette association, «cette commission  d’enquête est plus que nécessaire, dans la mesure où le Comité Exécutif de la Fbf  continue de se dédire  et qu’elle ne porte aucune responsabilité dans cette affaire.»

Ils ont  précisé que la responsabilité qui incombe  au  ministère des sports est  grande et noble pour les deux années à venir. C’est pour cela que les dirigeants de l’Association «Elites pour le Sport»  ont suggéré entre autres qu’un arsenal juridique approprié, rassurant et productif pour régir le sport béninois en général et le football en particulier voit le jour, ceci à travers le vote de la loi sur le financement du Sport, l’instauration obligatoire de tous les championnats nationaux, la mise en place d’un plan moderne de financement et de gestion saine et celle des ressources humaines .