La Nouvelle Tribune

Le Bénin ira-t-il un jour à la Coupe du Monde de football ?

Elles ne sont que 5, et une fois de plus, le Bénin ne fait partie des heureuses sélections africaines qui pourront aller rejoindre la compétition du football mondial à la Coupe du Monde 2018, en Russie, l'été prochain.

Ce seront le Nigéria, l'Égypte, le Sénégal, le Maroc et la Tunisie qui essaieront de faire mieux que le Ghana en 2010. Le pays était en effet passé si près d'une qualification pour les demi-finales en Afrique du Sud, mais le penalty raté de Gyan suite à la fameuse main de Suarez scella le triste destin des Ghanéens face aux Uruguayens. Mais ce que l'on a peut-être oublié, c'est que le Bénin, lors des qualifications pour la Coupe du Monde 2010, avait fait un parcours extraordinaire. Terminant deuxième de leur groupe, seule la première place était qualificative, place qui, dans le groupe du Bénin, fut obtenue par... le Ghana. Défaits ensuite aux deuxièmes tours des éditions 2014 et 2018 par l'Algérie et le Burkina Faso, les Écureuils peuvent-ils croire en une fin plus heureuse dans 4 ans ?

Et si espoir il y a, il réside autant dans l'amélioration progressive des résultats sportifs du Bénin que du passage à la Coupe du Monde à 48 équipes qui profitera largement au continent africain. De seulement 5 équipes qualifiées aujourd'hui, pour un total de 53 nations engagées, on passerait en 2026 à 9 équipes africaines représentées dans la plus grande des compétitions sportives de la planète. Soit une multiplication par 2 qui aurait, par exemple, sûrement permis au Bénin d'être qualifié pour la Coupe du Monde 2010. Cette nouvelle démocratisation du football devrait donc fortement bénéficier au football africain, mais bien sûr, le Bénin n'est pas le seul pays sur le coup. Des anciennes gloires ivoiriennes ou algériennes aux nations montantes du Cap-Vert, du Burkina Faso et du Gabon, toute le monde a déjà les yeux tournés vers la nouvelle formule des qualifications pour la Coupe du Monde 2026 dont on ne sait pour l'instant pas grand-chose.

D'un point de vue purement sportif, il existe aussi des motifs d'espoir du côté béninois. Outre être passé près de l'exploit pour 2010, les éliminations plus récentes face à l'Algérie et face au Burkina Faso, à cause d'un petit but encaissé à l'extérieur, sont tout sauf infamantes et traduisent un niveau footballistique de plus en plus rapproché des grandes nations du football africain. Le Bénin pourrait aussi s'inspirer de pays comme le Panama cette année, qui a réussi à se qualifier au dépend des États-Unis, et même s'il n'a aucune possibilité de bien figurer (plus faible côte sur BetStars de 451,00, comme l'Arabie Saoudite et la Tunisie), cela restera un formidable souvenir pour toute une génération.

Toutefois, pour continuer sa professionnalisation, le Bénin ferait bien de rendre sa présence à la phase finale de la CAN plus fréquente car, après 4 échecs consécutifs, le Bénin n'est plus reparu dans la compétition depuis 2010. Au moins, le Bénin a parfaitement débuté la campagne 2019 par une victoire 1 à 0 face à la Gambie, à domicile, match le plus facile du groupe, les deux autres adversaires étant l'Algérie et le Togo. Le prochain match aura lieu en mars 2018 avec un déplacement au Togo.

Puis, quand l'été viendra, c'est de chez eux que les joueurs béninois regarderont la Coupe du Monde, comme d'habitude. En espérant que l'avenir leur réservera bientôt l'honneur de rejoindre les Messi, Neymar et Neuer comme joueurs d'une Coupe du Monde, le plus grand honneur possible pour tout footballeur.