Au Gabon, l’opposant Jean Ping ne veut pas s’avouer vaincu et a même décidé d’aller plus loin concernant les violences électorales, violences attribuées au camp Bongo.

Pour obtenir justice et surtout soutenir les familles de ses sympathisants tombés avant, pendant et après l’élection présidentielle, Jean Ping, candidat déclaré malheureux malgré ses arguments, a décidé de saisir la Cour pénale internationale concernant les violences perpétrées par le camp Bongo.

Pour étayer la plainte, le camp Ping affirme avoir dénombré 22 personnes tuées par le régime en place et parle de crimes contre l’humanité commis par des personnes se trouvant dans la chaîne de commandement de l’Etat.

Du côté du pouvoir gabonais, on parle pour le moment de tissu de mensonges affirmant même que le camp Ping a été également auteur des violences.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.