En Afrique du sud, le président Jacob Zuma est à nouveau au centre de l’attention. Alors qu’il avait déjà traversé des périodes troubles avec les scandales autour de la rénovation de sa maison, puis les affaires de corruption, le voilà une fois encore la cible des critiques.

Le président sud-africain est sur le point de procéder à la signature de contrats de construction de centrales nucléaires par des sociétés russes. Ces centrales devraient permettre d’augmenter la capacité énergétique du pays. Très tôt les associations et ONG (comme Greenpeace), mais aussi des partis politiques ont tiré la sonnette d’arlame critiquant le coût d’un tel projet mais aussi un projet jugé anti-écologique.

Pour ces associations, le président Jacob Zuma aurait mieux fait de soutenir des projets d’énergies écologiques pour être en phase avec son époque. En guise de réponse, le président sud-africain a accéléré la procédure initialement prévue histoire de passer en force. Des remous politiques en perspective…

1 COMMENTAIRE

  1. Le vrai problème est de savoir si l’état sud-africain est en mesure d’assurer toutes les responsabilités liées à l’usage de cette centrale nucléaire. Car une catastrophe nucléaire est vite arrivée. Et si on n’en prend pas gare, toute la sous-région sera radiée de la surface du globe. Cette question ne concerne pas le seul pays bénéficiaire mais toute la sous-région et voire même la planète entière. Et puis, pourquoi ne pas penser à installer simplement et de manière responsable une centrale solaire capable de fournir de l’énergie à la nation. A ma connaissance, le pays de Mandela ne manque pas d’arguments pour passer au vert…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.