D’ici mars 2018, il n’y aura plus de migrants africains illégaux en Israël. Ainsi en décidé le gouvernement israélien pour mettre fin au flux de ces migrants. Quitter la terre promise ou se retrouver derrière les barreaux, tel est l’ultimatum lancé par les autorités israéliennes aux migrants africains illégaux.

Venus essentiellement du Soudan et de l’Erythrée, ils sont près de 40 000 migrants visés par cette décision. Pour leur alléger la tâche, les autorités ont promis une somme de 3500 dollars à chaque migrant désireux de quitter volontairement le pays. A cela s’ajoute des billets d’avion et plusieurs autres mesures encourageantes.

Selon des sources proches des autorités israéliennes, les migrants ne se seraient pas pliés à cette décision risquent de se retrouver en prison et non dans un centre de rétention avec privation de liberté.

Plusieurs organisations non gouvernementales du pays estiment que cette nouvelle trouvaille des autorités est une mesure trompe l’œil. Car elle pousse les migrants à la mort. Une indignation partagée par la ligue d’urgence pour les réfugiés et les migrants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.