Armée malienne

Dans une vidéo récemment diffusée sur les réseaux sociaux, le sergent Oumar Keïta n’a pas hésité à invectiver l’armée et le pouvoir en place. Très vite, ces images ont été portées aux yeux et oreilles des hautes instances du pays qui ont ainsi décidé de sévir. Assurant que le sergent Keïta n’avait nullement respecté son devoir de réserve, celui-ci a été arrêté avant d’être transféré à Bamako afin qu’il puisse répondre de ses actes.

Des images qui passent forcément mal, surtout que celles-ci ont été diffusées quelques jours seulement après la désertion de pas moins de 36 gendarmes anciennement actifs au centre du Mali. En effet, ceux-ci avaient reçu l’ordre de se redéployer dans une zone à risques, contrôlée par des djihadistes affiliés au groupe Al-Qaida. Après avoir fuis vers le Sud et discuté avec leurs supérieurs, ces hommes ont finalement été « mis aux arrêts de rigueur ».

Une situation globalement instable qui inquiète les grandes organisations internationales, puisque le secrétaire général de l’ONU, António Guterres a récemment qualifié ces événements d’«extrêmement préoccupant ». Il faut dire que la lutte contre le djihadisme dure depuis 2013, date à laquelle la France a décidé d’intervenir afin de libérer le nord du pays de la coupe des groupes terroristes affiliés à Al-Qaida.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.