George Weah Photo: AFP

Douze ans après avoir pris les rênes du Liberia, Ellen Johnson Sirleaf, première femme élue chef d’un État africain, vient de laisser sa place à l’ancienne gloire du football, George Weah. Une semaine après son investiture et sa prise de fonction officielle, celui-ci a d’ailleurs dévoilé quelques points qui devraient prendre une place relativement importante au cours de son mandat. Ainsi, face à la difficulté économique à laquelle fait face son pays, le nouveau président a d’ores et déjà assuré réduire son salaire d’un quart, soit de 25%.

Cependant, si cette mesure n’est que symbolique, George Weah a également donné quelques pistes, plus concrètes cette fois-ci. Sa première grande mesure devrait ainsi concerner la révision d’une petite partie de la constitution. En effet, au Liberia, la citoyenneté n’est accordée qu’aux « personnes de couleur ». Qualifiant cette loi de raciste et dépassée, George Weah fustige notamment le fait que des étrangers ne puissent  pas obtenir la nationalité, rappelant au passage que beaucoup de ses compatriotes, chassés par la guerre civile ayant eu lieu entre 1989 et 2003, ont eux, été accueillis par les pays dans lesquels ils ont pu fuir.

Sa seconde décision, économique plutôt que sociale cette fois-ci, devrait permettre au Liberia d’attirer les investissements et capitaux étrangers. En effet, aujourd’hui, les investisseurs étrangers n’ont nullement le droit de posséder des biens fonciers. Une situation dissuasive, empêchant de fiat, d’attirer et d’être compétitif. Enfin, George Weah a longuement tenu à s’exprimer sur le thème de l’éducation, une « priorité constante et essentielle » de son gouvernement. En effet, celui-ci souhaite bâtir un système éducatif et universitaire stable qui devrait permettre au Liberia de sortir une main-d’oeuvre qualifiée et compétente, bien évidemment utile au bon développement du pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.