La Syrie hausse le ton. En effet, alors que la Turquie est déjà présente sur le sol Syrien – bien qu’elle n’en est jamais reçu l’autorisation – Bachar el Assad, par l’intermédiaire de son vice-ministre des affaires étrangères, Faisal Meqdad, tenu à mettre en garde Erdogan contre une possible manœuvre militaire turque au nord-ouest du pays.

En effet, le 15 janvier dernier, Erdogan assurait alors que la Turquie serait prête à engager des manœuvres militaires contre les milices kurdes dans la région syrienne d’Afrin, afin d’empêcher la création d’une «force frontalière» soutenue par les États-Unis. Qualifiées de terroristes, ces milices seraient, depuis, dans le viseur d’Ankara.

Cependant, face à ces menaces, le gouvernement syrien a assuré qu’il se tenait prêt à riposter. En effet, Damas a assuré que si la Turquie venait à envoyer des avions de combat dans la région d’Afrin, cela serait tout simplement considéré comme un acte d’agression. Résultat, Damas est sur ses gardes et les défenses aériennes – qui auraient par ailleurs, recouvrés toutes leurs forces – sont prêtes à riposter.

Appelant à respecter l’intégrité territoriale et politique du pays, Damas a demandé à plusieurs reprises que les forces armées américaines et turques quittent le pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.