Photo : institutfrancais-senegal.com

Il est disponible depuis 72 heures déjà, le tout nouvel album du chanteur sénégalais Didier Awadi. C’est un disque «Made in Africa» de 23 titres, officiellement lancé lundi 23 avril 2018 à Dakar, à travers lequel l’artiste prouve les potentialités d’une Afrique capable de se suffir. Cinq ans après «Ma révolution», le rappeur sénégalais Didier Awadi revient dans la discographie africaine, avec un disque qu’il a baptisé «Made in Africa ».

6e solo de sa carrière, l’œuvre a été officiellement présentée dans l’après-midi du lundi 23 avril 2018, au show case Balajo, en plein cœur de la capitale Sénégalaise. C’était à la faveur d’une conférence de presse suivie de concert avec l’orchestre «Les poulains de Dakar».

«Made in Africa » est un album de 23 titres, entièrement réalisé en Afrique avec le studio Sankara. C’est une œuvre aux sonorités rap sur du reggae, que l’artiste appelle Regap, mais cette fois ci avec des combinaisons blue, afrobeat. C’est un opus qui reflète un autre visage de Didier Awadi, de par la diversité en termes de style musicale, de nationalité et de problématiques abordées, témoignent bon nombre de mélomanes. Et lui, il répond «Je n’avais pas envie de faire ce que j’avais déjà fait. Ça ne m’intéressait pas.»

On voit ici le leader du mouvement hip hop en Afrique de l’Ouest, dans une nouvelle vision musicale. Celle de servir une musique qui sert et rassemble tout le monde, et à travers laquelle tous se reconnaissent pour au bout du rouleau, adhérer à une cause commune.

Un rêve, le label Africa

Au-delà de la musique, c’est en réalité sa mission panafricaniste qu’il renforce. Le pionnier du rap africain connu pour son engagement au profit de l’Afrique, vient concrétiser un rêve. Celui de prouver que tout ce qui est meilleur ne vient pas forcément d’ailleurs, mais que son continent est capable du meilleur. C’est un album pour montrer les potentialités de cette Afrique, à laquelle il fait une dédicace d’amour avec la complicité d’Ismaël Losur, le morceau « Africa » dans la reprise de Jammu Africa. «Il y a longtemps, je voulais tout faire d’ici, montrer qu’on peut tout. On peut faire comme les Cubains. A partir d’une petite île, faire une musique qui va partout dans le monde. Aujourd’hui, je crois que l’Afrique en est capable », confie le rappeur. «C’est le temps de l’Afrique ; chacun de nous doit être capable de transformer ce que l’Afrique nous donne», martèle-il avant d’ajouter, «C’est le label Africa, proclamons-le.».

L’adhésion de grosses pointures

Déjà, il le fait avec une panoplie d’artistes chanteurs dont ceux de haute facture de la musique africaine, comme Alpha Blondy, Ismaël Lo, Vieux Farka Touré et d’autres noms tels que Sizzla le jamaicain, Josey, Mary Ndiaye, Moona, Eddy Kenzo, Duggy Tee, Bamba Diaw, Dip Doundou Guiss, Clayton Hamilton, Ombre Zion, Dadipo Slim, Daniela Ahanda, Isamel Mapaga, etc. Tous sont intervenus avec lui en featuring sur «Made in Africa», accompagnés d’une équipe technique composée de professionnels de plusieurs pays africains.

L’ensemble fait l’écho d’une invite à un mouvement d’engagement, pour porter l’Afrique. A propos, Didier Awadi annonce à commencer par le Kenya la semaine prochaine, parcourir plusieurs pays du continent dans cette vision d’appel à l’Afrique, qui se suffit et refuse la nouvelle forme de colonisation que Alpha Blondy nomme «Bamboulisme»

Blaise Ahouansè (Depuis Dakar)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.