Les générations actuelles sont de plus en plus dépendantes du téléphone portable. Ceci, au point où les fidèles, toutes religions confondues, n’arrivent plus à s’en passer au cours des célébrations religieuses. Alors qu’a lieu le Djoum’an, la messe ou le culte, ils sont la tête baissée et tout esprit plongé dans leur portable ou tablette, à parcourir Whatsapp, facebook, snapchat, instagram et bien d’autres réseaux sociaux.

La scène devient récurrente dans les lieux de culte au Bénin. Pour certains fidèles, c’est le moment idéal pour ‘’les instants selfie’’. Pour d’autres, c’est l’heure de s’adonner aux jeux vidéo. Alors qu’ils sont sensés suivre les différents sermons, ces fidèles trouvent bien plus importante la manipulation de leur objets connectés. Et pour se justifier, chacun s’y met à fond.

Kevin Koutoulé, fidèle de la paroisse catholique Saint-Michel de Houèto à Calavi, estime qu’il n’y a rien de mal à manipuler le téléphone au cours des messes. Selon lui, cela « vaut mieux que de ne pas venir à la messe du tout ». Un argument soutenu par Armand Midjangninou, pour qui certaines urgences contraignent parfois les gens à la manipulation de leurs téléphones portables lors de la messe. Mais aucune de ces raisons n’est valable selon El-hadj Djamiou Fassinou, Imam de la mosquée de Houèto. Il trouve plutôt que c’est par ignorance que les fidèles se prêtent à ce jeu qu’il juge déplorable, car pendant les sermons, la concentration est très importante pour chaque fidèle.

Des fidèles qui ont, selon lui, grand besoin des bénédictions divines, raison de leur présence en ces lieux. Dame Imirath Baguidi est entièrement consciente des grâces disponibles dans ce qu’elle appelle « la maison de Dieu », mais elle a une approche différente de celle de l’Imam pour en bénéficier. Ainsi, allègue-t-elle que « c’est peut-être le moment précis de discuter de certains business au téléphone, puisqu’on a plus de chance à la mosquée». Elle soutient que lesdites bénédictions l’accompagneront à l’instant, pour convaincre son interlocuteur. Un avis qui surprend plus d’un, dont El-hadj Djamiou Fassinou l’Imam de la mosquée centrale de Houèto, qui parle de nouveau d’ignorance à ce propos.

«Quant on vient dans les lieux de culte, c’est pour l’adoration et rien d’autre», défend-t-il. «Si ceux là se retrouvaient devant le président de la République, je ne pense pas qu’ils oseraient manipuler leur portable. C’est un manque de respect envers Dieu», ajoute-t-il.

Dans ce même sens, un fidèle de la paroisse Sainte-Rita à Cotonou et qui a requit l’anonymat, affirme « quand on vient à l’église, c’est pour prier Dieu, pas pour autre chose. Le reste il faut le faire hors du culte». Il informe de ce que conscients de la triste réalité, les responsables religieux rappellent souvent à l’ordre les fidèles, et que dans certains lieux de culte il est même collé au mur des affiches pour sensibiliser. Mais malheureusement, le phénomène persiste

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.