Depuis l’annonce de la tournée française du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, des voix se font entendre pour fustiger la vente d’armes françaises à l’Arabie saoudite suspectée de crimes de guerre au Yémen. Plusieurs ONG internationales et autres acteurs dans la lutte pour le respect des droits humains ont repris du service, après l’annonce de la visite du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane en France. Une visite qui est prévue pour la semaine prochaine sauf changement de dernière minute.

Tous dénoncent les livraisons d’armes françaises à Riyad qualifiées de crimes de guerre au Yémen, et appellent à la cessation des bombardements contre les civils.

D’un autre côté, ces derniers exigent la levée des contraintes qui empêchent l’acheminement d’aides humanitaires et des biens commerciaux au Yémen. Le président Macron et le prince Saoudien devront longuement discutés sur la situation au Yémen.  Des observateurs ont soupçonné une violation du droit international par le fait de la vente des armes vers Riyad.

Par ailleurs, il faut dire que dans l’opinion française, cette alerte a été reprise et on pense que des transactions basées sur les armes ne peuvent être acceptées. Mieux la France doit trouver les formules nécessaires permettant de stopper ce phénomène pour se hisser au même rang que l’Allemagne, la Norvège ou la Belgique qui ont limité leurs relations militaires avec l’Arabie Saoudite.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.