Photo Nicholas Kamm. AFP

Washington a en effet appelé le Soudan à prendre des mesures fortes afin de s’éloigner de l’influence de la Corée du Nord pour être retiré de la liste noire américaine. Présent sur la liste noire de Washington, le Soudan semble désormais connaître les démarches à suivre afin de ne plus y figurer, à savoir : couper tous liens avec la Corée du Nord.

En effet, un haut magistrat américain s’est récemment exprimé à ce sujet sous couvert d’anonymat. Selon lui, si les relations diplomatiques entre Khartoum et Pyongyang sont absolument inexistantes il existerait certaines preuves d’une relation commerciale et militaire. Des accusations jugées farfelues par le ministère soudanais des affaires étrangères qui a récemment assuré n’avoir absolument aucune relation de quelque types que ce soit avec la Corée du Nord.

Une situation tendue depuis 1997.

En 1997, Washington a en effet décidé de placer le soudan dans sa liste noire des États ayant soutenu le terrorisme puisque de nombreux chefs d’organisations y ont vécu, dont Oussama Ben Laden qui y est resté entre 1992 et 1996. Après près de 15 ans de relations diplomatiques tendues, celles-ci se sont réchauffées sous l’ère Obama puis sous l’ère Trump. En effet, l’actuel président Trump a décidé de lever l’embargo pesant sur Khartoum, mais de laisser le pays dans sa liste noire.

Une situation compliquée à vivre pour le Soudan qui est actuellement englué dans une situation économique désastreuse depuis que le Soudan du Sud a pris son indépendance. Assurant suivre à la lettre les recommandations de l’ONU concernant la Corée du Nord, le Soudan s’estime lésé et victime d’un système qui freine les échanges internationaux et qui le prive ainsi d’une stabilité certaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.