Bénin : Le Rjbcn promeut la sauvegarde de l’environnement

Bénin : Le Rjbcn promeut la sauvegarde de l’environnement

Dans son plan d’action 2016-2017,  le Rjbcn entend désormais initier des rencontres mensuelles dénommées « Débat Ecolo », avec les professionnels des médias.

Journée de la liberté de la presse : L’éthique et la déontologie dans les médias au cœur des échanges

Dans son souci de promouvoir la sauvegarde de l’environnement,  le réseau des journalistes du Bénin sur les catastrophes naturelles (Rjbcn), a organisé ce jeudi 11 mai 2017 à Cotonou au profit des professionnels des médias, une conférence débat sur le thème « déguerpissement ou libération des espaces publics : quelle plus-value pour l’environnement ».

« Cette rencontre qui, aux dires de Euloge Aidasso, président dudit réseau, vise à amener les journalistes à s’intéresser au journalisme d’investigation, portera sur des thématiques relatives à la promotion de la sauvegarde de l’environnement et la prévention et la gestion des catastrophes naturelles ». Hier jeudi 11 mai 2017 pour la toute la première fois, le Rjbcn a organisé à Cotonou « le débat Ecolo », sur le thème : « déguerpissement ou libération, quelle plus-value pour l’environnement ? ». Le thème a été animé par Joséa Dossou Bodjrènou, président de l’Ong Nature Tropicale.

Pour aborder le sujet, le président de l’Ong Nature Tropicale a montré une brève vidéo dans laquelle il a fait voir aux participants des images illustrant la dégradation de la nature par les actions humaines, et les ressources de l’écosystème. Par exemple, il a fait voir à travers cette vidéo des ordures ménagères jetées allègrement sur nos plages et dans l’eau du lac Nokoué. Par ces images, le communicateur a mis en exergue nos actes irresponsables vis -à-vis de l’environnement qui, par ricochet à l’en croire, affectent la santé et la vie de l’homme.

Une manière pour lui de ramener le contexte du sujet du jour. Se prononçant sur « la plus-value » et la légitimité de l’opération de libération des espaces publics, le président de l’Ong Nature Tropicale a apprécié cette action du gouvernement, car selon lui, elle a permis à nos villes d’être aérées. ». « L’espace public n’appartient à personne. Les individus s’y installent comme dans leurs domaines privés, alors que les textes interdisent cela », a-t-il déploré, avant de conclure en disant que le domaine public doit rester domaine public. »

Commentaires

Commentaires du site 0